Philippe Cochet

Philippe COCHET
Député-Maire de Caluire-et-Cuire
Président du groupe “les Républicains et Apparentés”

Monsieur le Président, mes chers collègues, voici enfin en présentation publique le si secret protocole financier général. C’est bien, je viens de vous réveiller les amis !

Oui, car avant d’avoir eu le droit de connaître à quelle sauce on allait nous cuisiner, nous avons dû être patients et honnêtement, nous ne sommes pas déçus car maintenant on sait que l’on ne va pas nous cuisiner mais nous manger !

Je reviens d’abord sur cette grotesque omerta du travail de la CLERCT. Notre groupe a dénoncé votre refus de nous faire participer aux discussions de ce protocole et lorsque l’on en voit l’aboutissement, on comprend encore moins votre position. Outre qu’il est inimaginable dans une démocratie de cacher un travail sur les comptes de collectivités publiques, à la lecture des compte-rendus des séances de travail, on peut voir que ce huis clos était assez ouvert pour que, en plus des 9 représentants toujours cités, 15 autres personnes y assistent !

Soyons sérieux, que l’on ne puisse pas annoncer des chiffres avec exactitude cela peut s’entendre tant que le travail est en cours, mais entre la première réunion du 16 mai dernier et la présentation du 4 décembre aux groupes politiques, ce refus d’information n’a aucune justification sinon à empêcher tout travail sérieux de contrôle sur les conclusions qui nous sont présentées aujourd’hui.

Sur le travail comptable et budgétaire, nous faisons confiance aux services et nous nous doutons bien que ce fut sur une période courte, je dirais même trop courte, un travail titanesque pour étudier l’ensemble des titres et mandats. Et tous ici nous sommes reconnaissants de leur travail.

Sur les orientations politiques, en revanche, nous avouons ne pas avoir compris toutes les subtilités de vos choix car il s’agit bien finalement de choix politiques qui guident ce protocole. Monsieur Brumm a bien essayé de nous laisser penser que tout ce qui se trouve dedans est purement administratif soumis à la présidence de la Chambre régionale des comptes ou à l’ordonnance financière concernant la Métropole. Mais il a bien dû avouer sous notre insistance que le choix de créer une dotation métropolitaine est un choix politique, que l’équilibre final de fixer le taux d’épargne nette à égalité relève aussi d’une décision politique. Mais finalement, pourquoi pas ? Chacun comprend ici que l’on ne peut pas créer une métropole sur le cadavre d’un Département car il devra, lui-aussi, assurer ses compétences. La finalité des 2 collectivités est d’assurer l’intérêt général des habitants de leur territoire et chacune doit pouvoir le faire. Pourquoi donc tant de secrets d’alcôve si ce n’est, monsieur le Président, de vous réserver encore une fois, une petite notoriété personnelle en annonçant le chiffre de dotation de compensation en primeur, mesdames et messieurs, aux journalistes plutôt que devant les élus de la République. Est-ce bien à la hauteur des enjeux qui nous attendent dans la création de cette collectivité métropolitaine.

Je pourrai aussi évoquer le transfert des participations dans les opérateurs tiers, nous nous sommes étonnés de la disparité des choix de pourcentage entre la Métropole et le Département en fonction des acteurs et des domaines d’interventions. Pour certains on a pu nous expliquer grossièrement une répartition territoriale et, pour d’autres que la Métropole avait fait le choix de prendre des partitions maximales pour minimiser la dotation de compensation. On nous a même confié un petit secret : la peur de voir le Conseil général se désengager dans quelques années de certains opérateurs et que la Métropole ait à se substituer, la confiance règne ! Mais on nous a demandé de ne pas le répéter car ce n’est pas compatible avec le discours officiel sur la lune de miel entre nos 2 collectivités mais peut-être en ai-je trop dit !

Finalement, on nous a indiqué que là aussi, les choix finaux ont été guidés par des options politiques. Et, c’est là où le bas blesse. Nous aurions aimé pouvoir ouvrir la discussion des reprises de participation pour définir les orientations futures de la Métropole que l’on pense à la culture, au sport, la solidarité, le logement etc. Là encore, votre choix du dirigisme et de l’autoritarisme a empêché tout échange constructif et nous le regrettons.

Le groupe UMP, divers droites et apparentés votera pour ce rapport car comme, je l’ai dit, nous ne remettons pas en cause le travail minutieux des services sur l’analyse comptable mais nous ne cautionnons pas les choix politiques qui sont les vôtres et pour lesquels nous n’avons aucune visibilité à long terme.

Je vous remercie

Création de la Métropole de Lyon : protocole financier
Taggé sur :