Monsieur le Président, le 19 septembre dernier, alors que nous étions en période de rentrée scolaire et que certains collégiens pouvaient se trouver à l’étroit dans leurs établissements, vous aviez opportunément soumis à notre assemblée le projet de création d’un collège modulaire dans le huitième arrondissement, sur un terrain propriété de la Ville de Lyon.

Je ne reviendrai pas sur le tour de passe-passe qui consiste à utiliser un terrain destiné à être aménagé en espace vert pour y construire un collège, les Lyonnais commencent à vous connaître et les riverains apprécieront la fiabilité de vos promesses électorales.

L’annonce de la création de ce collège s’accompagne une fois encore de visuels alléchants, nous commençons à être habitués. Vous nous vendez le recours au modulaire, mettant en avant deux avantages : la vitesse et le coût réduit.

Pour le premier, la vitesse, on comprendra sans peine qu’alors même que vous promettez un collège dans le huitième depuis 2001, faire encore patienter les électeurs commençait à être risqué.

Côté coût, c’est sur la base de 9 M€ que vous nous demandiez d’approuver le rapport en septembre. Quatre mois seulement plus tard, aujourd’hui, monsieur le Président vous nous demandez de porter le coût prévisionnel de l’opération de 9 à 14 M€, soit plus de 55 % d’augmentation.

Pour toute explication, il nous a été indiqué en commission que vous aviez été obligés de faire avec les prévisions du Département qui n’étaient pas justes, sauf que -vous m’excuserez, monsieur le Président- cet argument ne tient pas la route dans la mesure où, d’une part, ce terrain n’était pas destiné à accueillir un collège et, d’autre part, depuis des mois on entendait que, concernant un collège dans le huitième, il n’y avait rien dans les cartons du Conseil général.

Vous nous avez également indiqué en commission qu’il convenait de travailler la cinquième façade en végétalisant les toitures. Vous en conviendrez, ça fait cher la végétalisation, surtout quand on sait que c’est la Métropole donc vous qui imposez cette contrainte. Peut-être les riverains auront-ils ainsi l’impression d’avoir un peu leurs espaces verts.

Si on y ajoute le coût du terrain qu’il faudra bien un jour racheter à la Ville (plus de 3 M€ au bas mot sur la base du coût de revient) et le fait que la durée de vie d’un bâtiment modulaire (vingt-cinq ans) est bien moindre que celle d’un bâtiment traditionnel, on peut légitiment se demander si l’investissement réduit constitue réellement un atout dans le dossier, comme vous le soutenez.

Ce qui nous gêne dans ce dossier, monsieur le Président, c’est qu’une fois encore, vous naviguez à vue. Une fois l’effet d’annonce passé, il faut bien se plonger au coeur du dossier et c’est là que les problèmes commencent. Qu’elle est simple la politique des promesses et des visuels !

En donnant à notre assemblée des éléments erronés pour délibérer, vous empêchez une réelle information des élus ; le débat démocratique est de fait tronqué. C’est votre méthode, nous tenions encore une fois à la dénoncer.

Je vous remercie.

Création d’un collège à Lyon 8e