Claude Reynard

Claude Reynard
Maire de Collonges
au Mont d’Or
Conseillère métropolitaine

Monsieur le Président,

Qui dans cette assemblée pourrait être opposé à une démocratie participative, qui permet aux citoyens d’être acteurs de leur avenir dans notre Métropole. Pas notre groupe en tous les cas !

Cependant, ce Conseil de développement appelle quelques observations.

Tout d’abord, Monsieur le Président, nous tenons à rappeler l’importance de la démocratie représentative que, nous les élus, incarnons dans cet hémicycle et qui devrait être davantage respectée.

La preuve, comme l’a déjà indiqué Philippe COCHET, nous ne pouvons qu’être surpris de voir que la représentation des Conférences Territoriales des Maires (CTM) est déjà définie alors même que la discussion sur ces instances est en cours.

Ensuite, la constitution de la liste des membres nous interpelle. En effet, nous retrouvons, là un ancien président d’un groupe politique de votre majorité à la Communauté Urbaine sous le précédent mandat, là le chargé de mission d’un groupe politique de votre majorité à la Ville de Lyon, là encore un soutien d’un candidat PS aux municipales, etc.

Avec humour, je citerait Lavoisier « Rien ne se perd, tout se transforme » !

En commission Proximité nous avons entendu que les 40 sièges du « collège citoyens volontaires » étaient issus de la candidature de 480 personnes tirées au sort. Comment s’est fait ce tirage au sort ? Sous quel contrôle ? Des critères d’âge, de sexe, d’origine géographique ont bien été avancés. Nous avons demandé, par mail, à la Vice-présidente plus d’éléments sur ce sujet, et nous n’avons pas obtenu de réponse à ce jour. Nous ne pouvons que nous étonner que le hasard ait su fort opportunément désigner certains !

Nous ne doutons pas que les experts dont nous connaissons, pour beaucoup, le parcours professionnel ou politique sauront apporter toute leur science, à défaut de leur sagesse, dans cette instance. Quoiqu’il en soit, nous avons bien noté que des formations sont prévues pour les membres de ce Conseil.

Par contre, nous pouvons nous poser la question : « Comment un groupe de 200 personnes peut travailler en respectant la parole de chacun ? » comme cela est précisé dans la délibération.

Les sujets sont vastes : de l’économie à la précarité, des déplacements à la nature en ville, etc., les acteurs sont diversifiés : associations, acteurs économiques, organismes publics, etc., mais même organisé en commissions, nous pouvons redouter une « lourdeur » qui peut nuire à « l’éclairage » sur une politique publique tel que vous le décrivez dans ce rapport.

(seul le prononcé fait foi)

Conseil de développement de la Métropole de Lyon