Merci, Monsieur le Président. Je suis heureuse qu’il y ait autant de bonnes nouvelles et je félicite tout le personnel du SYTRAL.

 

Je me réjouis également du déclassement de l’autoroute. Mais il y a une chose qui ne m’a pas échappé, c’est que l’enquête déplacements est antérieure au big bang du déclassement et, de fait, je m’interroge. On a vu beaucoup de chiffres où on nous disait ‑et c’est normal‑, en termes de poids dans le territoire, que les chiffres clés étaient sur Lyon et Villeurbanne.

 

Je reviens sur le powerpoint diffusé et un slide qui nous présentait le réseau des transports en commun sur l’agglomération. Il est surprenant de voir que le Rhône et la Saône se situaient sur la gauche de l’image, ce qui laisse apparaître que l’essentiel des transports en commun se concentrent sur l’est lyonnais.

 

Mon inquiétude, c’est qu’avec ce déclassement de l’autoroute, il est à craindre une dévitalisation de ces territoires si les transports en commun ne se développent pas également.

 

Vous disiez, Monsieur le Président, que nous possédons un des meilleurs réseaux de transport en commun au monde. De fait, sur ma commune, nous avons un campus international où les directeurs d’école sont empreints de scepticisme. Les études démontrent qu’il faut au moins 50 minutes pour relier ce campus à d’autre campus. Je souhaite savoir s’il est prévu de remettre en cohérence les études avec ce déclassement et le Plan de déplacements urbains (PDU) et ses enquêtes qui datent de plus d’un an.

Commission générale sur le Sytral
Taggé sur :