Mes chers collègues, monsieur le Président Collomb, comme je suis d’un naturel curieux, j’ai tout de même regardé ce que voulait dire les nudges. Effectivement, c’est une méthode douce pour inspirer la bonne décision, le bon sens, les valeurs civiques, environnementales, la santé et le paternalisme libéral.

(…) Voilà ! Je comprends mieux pourquoi vous avez utilisé un anglicisme pour m’en parler.
Monsieur le Président, mes chers collègues, ce rapport acte l’attribution des marchés de collecte des déchets ménagers pour les sept prochaines années et appelle quelques commentaires sur la forme et sur le fond.

Sur la forme d’abord, notre groupe tient à souligner l’intérêt d’avoir été impliqué dans le groupe de travail qui s’est réuni plusieurs fois pour échanger sur ce dossier. Nous avons été informés au fur et à mesure des discussions avec les syndicats, des évolutions géographiques envisagées, des contraintes budgétaires que cela engendrait et des modalités d’application du marché. Ces discussions ont été conduites dans un bon état d’esprit et nous espérons que, sur d’autres dossiers, vous aurez à cœur d’impliquer votre opposition davantage en amont des décisions.

Sur le fond du dossier, le contrat d’une durée de sept ans nous semble conforme à l’intérêt général car il s’aligne effectivement sur les durées d’amortissement des matériels roulants propres. La performance environnementale étant intimement liée à la réussite de ce marché, nous constatons simplement que ladite performance environnementale engendre des coûts supplémentaires et que nous devons en tenir compte lorsqu’on rédige un cahier des charges. Espérons que ces surcoûts initiaux engendreront bien de réels gains environnementaux, qu’il serait d’ailleurs intéressant de chiffrer.

Nous ne pouvons que nous réjouir de la fin de la règle du fini-parti qui heurtait les citoyens contribuables tout en encourageant malheureusement les comportements dangereux des agents, soucieux de terminer au plus vite leur travail. Ce constat s’est matérialisé par une accidentologie plus élevée et donc des arrêts de travail plus nombreux.

Sur l’évolution du périmètre géographique et l’extension au privé de trois Communes supplémentaires, les choses semblent avoir été travaillées en bonne intelligence avec les Communes concernées. Donc nous approuvons ces choix.

Nous sommes un peu plus dubitatifs sur les samedis non travaillés car le travail le samedi est une composante des services publics au sens large, comme cela a été rappelé par le représentant du groupe Communiste, Parti de gauche et républicain et cela a été souligné aussi à plusieurs reprises lors des réunions de travail. Le passage en l’espace de cinq ans de tous les samedis travaillés à un un tiers seulement peut laisser perplexe quant à l’organisation des tournées. Nous espérons que cela ne se matérialisera pas par une baisse de la qualité de service ou par des secteurs non collectés.

Enfin, sur un marché aussi important, il y a forcément des oublis ou des choses qui n’ont pas été prises en compte.

Nous avons évoqué en réunion de travail, les horaires de collecte qui, dans certains quartiers, sont très problématiques. Nous avons proposé des essais de collecte en soirée comme dans certaines grandes villes ; les camions de collecte engendrent malgré eux des bouchons le matin, créant du stress pour les automobilistes et surtout pour les agents qui sont en première ligne. Cette proposition n’a pas été retenue.

Nous aurions pu aussi travailler sur le sujet des conteneurs laissés en permanence dans les rues par des citoyens peu regardants, et ce pour deux raisons : la première est que la rue n’est pas une poubelle et que la qualité de vie passe par un minimum de savoir-être. La deuxième a trait à la sécurité de nos concitoyens puisqu’alors que l’Etat demande aux Communes de supprimer le stationnement de véhicules à proximité des écoles, il serait donc paradoxal qu’une poubelle puisse, elle, rester stationnée toute une journée sur un trottoir ; car quelle meilleure cache pour y déposer un engin destructeur ? Vous avez évoqué la Californie tout à l’heure, je vous rappellerai qu’en Californie, il y a des sanctions fortes pour les poubelles qui sont laissées dans les rues. Aujourd’hui, en France, on ne peut pas dire qu’il y ait beaucoup de sanctions.

Nous le voyons, nous avons encore des axes d’amélioration sur ce marché, et heureusement d’une certaine façon. Notre groupe votera ce rapport.
Je vous remercie.

Collecte des déchets ménagers