Monsieur le Président, mes chers collègues, mon intervention ne vous surprendra pas, elle se veut contestataire de la composition de la CLECRT. Elle ne peut vous surprendre, car j’ai déjà évoqué ce sujet devant vous, au Conseil de décembre 2014, lors du vote du protocole financier, et plus récemment lors de la séance d’installation de la Métropole.

Ce qui n’est pas non plus surprenant, c’est d’avoir à interpeller toujours et encore sur le non-respect de la démocratie dans cette assemblée. A ce sujet, j’ouvre une parenthèse, sur les derniers votes concernant l’exécutif. Combien c’est, à la Métropole, un exercice risqué d’oser user simplement de son droit de vote et d’éligibilité, sans avoir obtenu en amont l’adoubement du Président actuel de la Métropole, du camarade socialiste, comme le rappelaient nos collègues communistes.

J’en reviens donc à cette fameuse CLECRT. Vous nous proposez de reconduire sa composition à l’identique. Je ne conteste pas bien entendu la légitimité des candidats, ni leurs compétences ou la qualité du travail qu’ils ont réalisé durant ces derniers mois. Pour autant, je conteste la non-représentation de notre groupe UMP, divers droite et apparentés. D’abord, au nom de la transparence, la CLECRT a fait le choix du secret des discussions, j’ai déjà expliqué ici l’absurdité de cette situation, mais c’est votre choix. Afin d’éviter les doutes, les suspicions, une représentation ouverte à toutes les sensibilités politiques permettrait d’assurer cette transparence. Ensuite, pour assurer l’efficacité des échanges, l’obtention des informations en amont, dès le travail d’étude, permettrait de faciliter les débats au sein de la Commission des finances puis du Conseil de la Métropole. Je vous renouvelle donc ma demande, monsieur le Président, d’intégrer un représentant de notre groupe dans la composition métropolitaine de la CLECRT. A défaut, notre groupe votera contre ce rapport.

Je vous remercie.

CLECRT : osez l’ouverture
Taggé sur :