Christophe GIRARD est intervenu en conseil de la Métropole du 17 septembre 2018 au sujet du réaménagement de la place Ennemond Romand à Venissieux.

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Cette délibération peut paraitre anodine pour de nombreux élus ici présents. Je ferai court. Mais je ne peux que réagir, tant il s’agit d’un sujet symptomatique des dysfonctionnements entre Vénissieux et la Métropole du Grand Lyon.

Ce projet de réaménagement de la place Ennemond Romand à Vénissieux dans le quartier du Moulin à Vent est une histoire qui dure depuis quelques 25 années alors même qu’il s’agit d’une demande incessante “depuis toujours” des habitants du quartier, notamment, de l’association du “Cadre de vie du Moulin à Vent”. Bien qu’initialement très mobilisée, cette association s’est essoufflée, on le serait à moins, et même certains membres sont décédés sans avoir vu aboutir le moindre début de projet…

Car la délibération de ce soir ne le stipule pas, mais des décisions au sujet de cette place ont déjà été votées dans cette enceinte à l’époque de l’ex-Grand-Lyon, voire même celle de la Courly (!) sans jamais avoir été suivies d’effet. Je n’accuse d’ailleurs pas le Grand Lyon spécifiquement, car de toute évidence, la ville de Vénissieux n’a jamais mis, ni l’énergie, ni la volonté nécessaire pour faire aboutir ce projet.

À titre d’illustration, je me permets de revenir sur un fait qui s’est produit précisément le 29 mai 2012. Ce jour-là, alors que M. Collomb inaugurait un square Rue Henri Barbusse dans le 8ème à la frontière de Vénissieux à seulement quelques 200 mètres de la place Ennemond Romand, une délégation d’habitants du quartier du Moulin à Vent s’était portée sur les lieux pour faire savoir leur mécontentement au Président du Grand Lyon. Ils pressèrent M. Thivilier, alors Adjoint de Vénissieux à l’Urbanisme, et qui était présent, d’intervenir en leur faveur. Ce dernier a tout simplement refusé de les soutenir ! C’est donc, moi, élu d’opposition qui interpella M. Gérard Collomb. Le Président se retourna vers M. Pierre Abadie pour qu’un rendez-vous soit organisé. Pendant tout cet échange, l’adjoint de Vénissieux est resté à l’écart !

Quelques mois plus tard, le rendez-vous tardant à venir et la Mairie de Vénissieux restant sourde aux suppliques des habitants, c’est encore moi qui ai dû relancer directement le Vice-Président Pierre Abadie à de multiples reprises pour obtenir que les habitants soient reçus. Finalement, appelant une ultime fois, pour faire avancer les choses, on me répondit que la réunion avait eu lieu la veille en présence de représentants de la ville. Je n’avais, ni été convié, ni-même seulement informé…
La mairie de Vénissieux osa alors se targuer d’avoir répondu à la demande des habitants ! Ce rendez-vous ne fit finalement rien avancer et, encore une fois, il ne se passa rien.

En 2015 [29 octobre 2015], lors de l’Assemblée Générale du quartier, la question de la place Ennemond Romand revient comme tous les ans. M. Pierre-Alain Millet répondit que c’etait la faute de la Métropole et qu’il n’avait aucune nouvelle de la PPI. Mme Picard osa poursuivre en déclarant : “c’est l’arlésienne à Vénissieux, je vous propose de faire une pétition”…

Ces deux anecdotes vécues, démontrent, si cela était encore nécessaire, l’attentisme et la mauvaise foi de la municipalité sur ce sujet et éclaire sur tant d’autres qui restent inexorablement en déshérence.

À Vénissieux, les choses se passent comme cela ! Il est bon que cela se sache en dehors du bastion…

Le Groupe Les Républicains et Apparentés, votera bien évidement favorablement cette délibération en espérant que cette fois, les dates annoncées, seront tenues.

Je vous remercie de votre attention.

Christophe GIRARD – Réaménagement de la place Ennemond Romand