Monsieur le Président, chers collègues, le Centre national de la culture arménienne (CNMA), situé sur la commune de Décines Charpieu, est le résultat d’un projet élaboré et porté par la Maison de la culture arménienne de Décines Charpieu dès 2011.

En 2009, était délivré le permis de construire du futur CNMA, avec la mise en place d’un montage financier pour un investissement total de 2,120 M€. De nombreuses collectivités territoriales ont participé pour ériger ce Centre, dont le Grand Lyon pour 300 000 €, la Ville de Décines Charpieu pour 50 000 €, la Ville de Meyzieu pour 20 000 € et bien d’autres, la communauté arménienne, la MCA et la Fondation Napoléon Bullukian apportant l’autre moitié de l’investissement.

Ouvert au public depuis le 20 octobre 2013 après une inauguration par la Ministre de l’époque, madame Aurélie Filippetti, le Centre national de la mémoire arménienne défend un projet d’établissement qui s’articule autour de trois missions : centre de documentation, centre de recherche pluridisciplinaire sur l’interculturalité et, enfin, héritage vivant, au-delà du génocide, d’une culture et d’une civilisation trimillénaires. C’est également un lieu avec de nouvelles manières d’échapper aux assignations identitaires et pour promouvoir le mieux-vivre ensemble guidé par les valeurs de la République.

Depuis sa création, le Centre peine toutefois à trouver un équilibre financier pérenne pour son fonctionnement et son développement. Les collectivités territoriales sont plus difficiles à mobiliser pour l’aide au fonctionnement. Pourtant, le Centre est bel et bien un nouvel équipement culturel de l’agglomération. Il compte deux salariés à plein temps, a disposé d’un budget de 145 000 € en 2014, sans oublier les aides et les moyens techniques mis à sa disposition par la Ville de Décines Charpieu.

L’année 2015, marquée par la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens, a connu un pic d’activité sans que les financements sollicités auprès des collectivités locales ne se concrétisent à la hauteur des demandes formulées. Ceci a pour conséquence directe une fragilisation du potentiel d’actions du CNMA. La subvention proposée ce jour, à hauteur de 10 000 €, n’est pas à la hauteur des besoins de cette structure ; le budget 2015 prévu, de 130 000 €, ne sera pas atteint. J’ai proposé à la Vice-Présidente de la Région en charge de la culture -pour ne pas la citer, madame Farida Boudaoud- de signer une convention tripartite : Ville de Décines Charpieu, Métropole, Région ; pas de réponse à ce jour !

Je souhaiterais, monsieur le Président, avec la Métropole, engager un travail pour rendre pérenne l’action du CNMA et permettre ainsi que le travail sur la transmission de l’histoire du peuple arménien se poursuive.

Je vous remercie.

Centre National de la Mémoire Arménienne : et le fonctionnement ?
Taggé sur :