Meublés de tourisme : il était temps !

Meublés de tourisme : il était temps !

Régulièrement évoquée au fil des conseils métropolitains depuis plus de deux ans, la question des meublés de tourisme n’avait jamais trouvé jusqu’à maintenant une traduction politique de la part de l’exécutif de la Métropole et de celui de la Ville de Lyon. Avec les délibérations présentées vendredi au conseil de la Métropole et lundi au conseil municipal de Lyon, Philippe COCHET, Président du groupe Les Républicains et apparentés de la Métropole de Lyon, et Stéphane GUILLAND, Président du groupe Les Républicains & Apparentés – Ensemble pour Lyon de la Ville de Lyon, se réjouissent de la prise en compte même tardivement de cette problématique. Ils avaient d’ailleurs rencontrés les représentants de l’UMIH le 15 septembre dernier puis interpellé le Président de la Métropole lors du conseil métropolitain du 18 septembre par la voix de Philippe COCHET. Cette demande fut confirmée par un courrier le 2 octobre. Les meublés de tourisme

Tribune novembre 2017

Musée des tissus, un abandon coupable de la Métropole Notre groupe se félicite de l’annonce par le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) Emmanuel Imberton, d’un projet ambitieux pour le Musée des Tissus grâce à l’engagement très important de la Région Auvergne Rhône-Alpes et de l’Etat. C’est le seul projet qui permette de préserver les 2,5 millions de pièces, témoins de 4 500 ans d’histoire et qui en font la plus belle collection universelle d’étoffe. Le recours à un cabinet de conseil extérieur a permis l’élaboration d’un projet viable et ambitieux auquel tous les acteurs se sont associés… à l’exception de la Ville de Lyon et de la Métropole. Ces dernières ont proposé l’inacceptable : la dispersion et le désossement des collections, financés par une opération immobilière consistant à vendre une partie du musée. La Ville et la Métropole ont fait preuve d’un mépris, pour les partenaires

Gouvernance et ZAC de Grigny

Gouvernance et ZAC de Grigny

Monsieur le Ministre, monsieur le Président, mes chers collègues, au-delà de la ZAC de La Duchère, à l’heure où nous allons changer de Président, nous devons nous poser quelques problématiques.   La gestion d’une Métropole, comme toute grande institution, ne dépend pas que d’un homme. Nous sommes un territoire attractif et dynamique. Par le passé, nous avions aussi la chance d’avoir une capacité d’investir massivement pour entretenir et décupler cette dynamique. Nous savons aujourd’hui que nos marges de manœuvre sont plus réduites, que nous devons prioriser, que nous devons investir uniquement si les effets de levier sont conséquents. Je pense que dans le contexte national cela se comprend aisément.   Mais notre gouvernance est-elle efficiente pour un aussi bel outil ?   Il y a deux mois, monsieur le Président, je vous demandais un rendez-vous pour dialoguer, échanger, construire une solution concernant deux ou trois dossiers d’une petite ville aux

Fonds de solidarité logement, à quand la fin de l’idéologie ?

Fonds de solidarité logement, à quand la fin de l’idéologie ?

Monsieur le Président, chers collègues, personne ne peut s’accommoder de la tragédie d’une expulsion. Le devoir politique est de tout mettre en œuvre pour, avec discernement, venir en aide aux personnes et encore plus aux familles se retrouvant en situation d’extrême fragilité.   Ces deux délibérations sont une heureuse application de la loi Besson, avec la contribution de la Métropole mais également l’abondement direct ou indirect de grands groupes tels qu’EDF ou Engie ou encore des bailleurs sociaux.   Le groupe Les Républicains et apparentés votera favorablement ces deux délibérations, dont nombre d’entre nous mettent en œuvre dans leurs Communes, avec intelligence et succès, ces dispositifs d’aide à l’accès au logement, au maintien dans les lieux et aux impayés d’énergie et d’eau.   En revanche, nous tenons à dénoncer avec force ceux qui, à défaut à chercher à aider ces personnes en fragilité, font le choix délibéré d’instrumentaliser la misère

ZAC Part-Dieu Ouest

ZAC Part-Dieu Ouest

Monsieur le Président, mes chers collègues, nous examinons trois rapports concernant la ZAC Part-Dieu Ouest :   -l’un sur le bilan de mise à disposition de l’étude d’impact,   le deuxième sur le dossier de réalisation, un avenant au traité de concession et la convention de participation d’équilibre,   le troisième sur le programme des équipements publics définitifs.   Ce dernier a été l’objet de débats, d’observations et de votes négatifs de nos élus dans les Conseils d’arrondissement où il a été présenté pour avis et au Conseil municipal de Lyon. Ces observations ont été argumentées et légitimes et je renvoie aux procès-verbaux de ces deux assemblées.   En commission urbanisme, ce lundi 3 avril, une présentation générale de l’opération a été faite et monsieur le Vice-Président a réitéré ce soir cette présentation, toujours autour de trois enjeux : repenser les mobilités, faire un quartier agréable à vivre, réaliser un

Aides à la pierre et logement social

Aides à la pierre et logement social

Monsieur le Président, comme tous les ans, vous nous présentez aujourd’hui le bilan des aides à la pierre pour l’année écoulée.   Avec un peu moins de 4 000 logements sociaux produits sur le périmètre métropolitain, la production 2016 est conforme à l’objectif fixé. Atteindre l’objectif, rester dans l’objectif, voilà donc pour vous l’unique critère d’évaluation de votre politique en matière de logement social.   Notre groupe dénonce par ma voix, et ce depuis de nombreuses années maintenant, cette vision purement comptable du logement social ; cette année ne fera pas exception. Pour tenter de nous faire croire qu’une répartition équilibrée de ces logements sur le territoire fait aussi partie de vos objectifs, vos mettez cette année en avant le taux de production dans les communes carencées. Ce taux, qui passe de 61 % en 2015 à 75 % cette année, doit à lui seul nous convaincre que jour après

PUP Saint Vincent de Paul

PUP Saint Vincent de Paul

Monsieur le Président, il y a quelques minutes, sur le rapport des aides à la pierre, je dénonçais une politique purement comptable en matière de logement social qui vous amenait à construire plus de la moitié des nouveaux logements sociaux de la Métropole dans des zones déjà pourvues. Après la théorie, passons à la pratique : avec le PUP Saint Vincent de Paul, ce sont 687 nouveaux logements qui vont être construits dans un quartier du huitième.   Le quartier du Moulin à Vent, limitrophe du septième et de Vénissieux, n’est malheureusement pas un quartier facile : classement en QPV, difficulté de vivre ensemble, commerces fermés, manque d’équipements sociaux ou sportifs. Lors de la campagne des municipales, vous aviez d’ailleurs annoncé en faire une de vos priorités, preuve que parfois vous avez conscience des réalités. Ce quartier présente aujourd’hui un taux de logements SRU élevé, l’IRIS dans lequel s’inscrit ce

A quand un projet global pour Gerland ?

A quand un projet global pour Gerland ?

Monsieur le Président, mes chers collègues, quelques mots en complément de l’intervention précédente, dont nous partageons l’analyse, notamment au sujet des remarques du commissaire- enquêteur sur la modification du PLU proposée pour Gerland. Quelques remarques complémentaires donc. D’une part, le flou de cette modification reste assez prégnant. Nous l’avions signalé lors de son étude en Conseil municipal de Lyon. C’est toujours le cas : flou sur l’ampleur des droits à construire ouverts à cette occasion, flou également sur les objectifs réels de la modification. Pour information, lors de l’examen du dossier au Conseil municipal en octobre -de mémoire- et notamment lors de son étude en commission, nous avions demandé la communication de l’étude d’urbanisme qui avait présidé à cette modification. Nous sommes toujours dans l’attente de ce document, ce qui est tout de même relativement regrettable. Deuxièmement, monsieur le Président, je regrette que cette délibération ne parle que du stade

PUP, quelles ambitions pour Décines ?

PUP, quelles ambitions pour Décines ?

Heureusement que je siège dans cette assemblée, je vois que je vous redonne à tous le sourire, c’est déjà bon signe. Monsieur le Président, chers collègues, enfin on parle de nous, de Décines-Charpieu ! Je ne peux que me féliciter de cette délibération concernant la friche de la Mutualité et du PUP qui lui est associé. En effet, cette friche a fait l’objet de nombreux projets, assortis très souvent de rebondissements et bien plus rarement d’aboutissements. Le médiapôle, pour rappel, y était annoncé, le projet acté avec photos à l’appui, puis ce projet a muté vers une autre Commune ; comme quoi on peut faire partie de la même famille politique et se faire voler les projets. A notre arrivée, nous avons remis les compteurs à zéro et retravaillé ce projet. Je suis très fière pour ma Commune car le résultat est ambitieux et vertueux. Ce sera un lieu de

Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT)

Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT)

Monsieur le Président, mes chers collègues, le schéma de cohérence territoriale fixe les grandes orientations d’un territoire supérieur à celui de notre Métropole. Ce territoire est à mi-chemin d’ailleurs de l’aire urbaine de Lyon et il détient en son sein toutes les conditions de la réussite. Face à l’obligation admise par tous d’accueillir 150 000 habitants de plus à l’horizon de 2030, nous avons collectivement fait le choix d’une organisation multipolaire. Cette organisation multipolaire de notre développement urbain doit nous permettre de répondre aux besoins de construire mais aussi à la volonté de préserver nos ressources et nos espaces naturels ainsi que d’assurer un développement économique cohérent. Ces choix nécessitent évidemment une politique d’organisation des déplacements qui soit ambitieuse. Ce soir, la Métropole est tenue de donner au Syndicat mixte d’études et de programmation de l’agglomération lyonnaise (SEPAL) un avis sur des modifications de ce SCOT afin de l’adapter au

Politique nationale du logement

Politique nationale du logement

Monsieur le Président et chers collègues, avec près de 38 M€ investis chaque année par la Métropole, les aides à la pierre constituent dans leur ensemble un axe fort de la politique globale de notre collectivité en matière de logement. Et, d’une manière générale, vous êtes plutôt satisfait de votre action dans ce domaine, monsieur le Président. Nous avons déjà eu l’occasion de le dire, vous oubliez que la bonne santé du logement dans la Métropole est avant tout le résultat de l’attractivité de la région. Vous oubliez également que le dynamisme de ce secteur est en très grande partie porté par des acteurs privés (investisseurs, promoteurs, entreprises) et que ces acteurs aiment à inscrire leurs actions sur le long terme, dans un contexte réglementaire stable. Monsieur le Président, vous nous rappelez souvent que votre mandat de Parlementaire vous permet de défendre à Paris les intérêts de Lyon et de