[Tribune] Collèges : une priorité d’investissement pour l’avenir de nos enfants

L’éducation de nos enfants doit être une priorité tant l’apprentissage des matières fondamentales pose les bases du développement individuel des élèves pour leur permettre à la fois de poursuivre leurs études puis de s’insérer dans la vie professionnelle. La Métropole assure depuis 2015 la gestion des collèges. Elle doit donc prévoir leur entretien, les rénovations, agrandissements et créations de nouveaux collèges. Or, les élèves, leurs parents et les membres de la communauté éducative ne peuvent que regretter le manque d’ambition qui anime la majorité actuelle, et son renoncement à prioriser les investissements en faveur de nos élèves. L’incapacité à anticiper les évolutions des effectifs à la hausse a imposé le recours à des bâtiments type « Algéco » dans de nombreux établissements sans proposer de solution de remplacement. L’exemple du collège Vendôme (Lyon 6e) est criant de cette absence d’ambition. L’établissement actuel est coupé en deux et ne bénéficie pas

Agnès Gardon-Chemain interpelle les élus sur le déplacement de l’EM Lyon à Gerland

Agnès Gardon-Chemain interpelle les élus sur le déplacement de l’EM Lyon à Gerland

Le conseil de la Métropole du 22 janvier 2018 à été l’occasion pour Agnès GARDON – CHEMAIN, conseillère métropolitaine d’Ecully de revenir sur son étonnement de voir le campus de l’EM Lyon se voir délocaliser à Gerland en plaidant pour un développement économique qui tienne aussi compte des territoires et non pas seulement de la ville de Lyon. Monsieur le Président, chers collègues, Je débute mon intervention sur le développement économique par un hommage à Paul BOCUSE qui a toujours eu à cœur de mettre son énergie, sa générosité et son art au service du rayonnement et du développement de sa région, dont il était fier et qu’il aimait. Nous nous réjouissons des bons résultats de l’ADERLY en 2017 mais nous nous interrogeons sur l’égalité de traitement entre les différents territoires. ADERLY est l’acronyme de « Agence pour le Développement Economique de la Région Lyonnaise ». Elle est « partenaire et co-pilote » de la Marque Only Lyon. Naïvement nous avions pensé

Tribune novembre 2017

Musée des tissus, un abandon coupable de la Métropole Notre groupe se félicite de l’annonce par le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) Emmanuel Imberton, d’un projet ambitieux pour le Musée des Tissus grâce à l’engagement très important de la Région Auvergne Rhône-Alpes et de l’Etat. C’est le seul projet qui permette de préserver les 2,5 millions de pièces, témoins de 4 500 ans d’histoire et qui en font la plus belle collection universelle d’étoffe. Le recours à un cabinet de conseil extérieur a permis l’élaboration d’un projet viable et ambitieux auquel tous les acteurs se sont associés… à l’exception de la Ville de Lyon et de la Métropole. Ces dernières ont proposé l’inacceptable : la dispersion et le désossement des collections, financés par une opération immobilière consistant à vendre une partie du musée. La Ville et la Métropole ont fait preuve d’un mépris, pour les partenaires

Cité internationale de la Gastronomie

Cité internationale de la Gastronomie

  Monsieur le Président, mes chers collègues, avec cette délibération sur le choix du mode de gestion, nous passons à la phase opérationnelle de la Cité de la gastronomie. Nous nous en réjouissons et approuverons bien évidemment ce rapport.   Nous ne reviendrons pas sur les remarques techniques liées au choix de la délégation de service public, remarque développée tant en commission consultative des services publics locaux qu’en commission développement économique, numérique, insertion et emploi.   Nous rappelons simplement, à ce stade, que la gestion d’un service public par une délégation de service public n’exclut pas la responsabilité de la collectivité et nous veillerons, dans les années futures, à ce que le service public délégué le soit avant tout dans l’intérêt du rayonnement de la Métropole lyonnaise dans son entier.   Nous savons d’ailleurs le travail que vous avez développé pour que le financement puisse être bouclé, monsieur le Président,

Maîtrise foncière et construction de collèges

Maîtrise foncière et construction de collèges

Monsieur le Président, mes chers collègues, bien sûr, nous voterons ce rapport relatif à un nouveau collège à Villeurbanne. A cette occasion, nous souhaitons évoquer une question stratégique sur la construction de nouveaux collèges.   En effet, le dynamisme économique et la bonne santé immobilière de notre Métropole génère un accroissement démographique important sur certains territoires. Les communes de l’est lyonnais connaissent, notamment depuis quelques années, une densification urbaine importante liée à la nécessaire augmentation de l’offre de logement. De nouveaux habitants, primo accédant ou accédant à un logement aidé s’installent sur ces territoires. Il s’agit la plupart du temps de familles jeunes avec enfants. L’installation de ces nouvelles familles n’est pas sans conséquence et nécessite la construction d’équipements publics. Il est de notre devoir de faciliter leur intégration en leur offrant une qualité et un cadre de vie répondant à leurs besoins.   La maîtrise du foncier est, pour

Création d’un collège à Lyon 8e

Création d’un collège à Lyon 8e

Monsieur le Président, le 19 septembre dernier, alors que nous étions en période de rentrée scolaire et que certains collégiens pouvaient se trouver à l’étroit dans leurs établissements, vous aviez opportunément soumis à notre assemblée le projet de création d’un collège modulaire dans le huitième arrondissement, sur un terrain propriété de la Ville de Lyon. Je ne reviendrai pas sur le tour de passe-passe qui consiste à utiliser un terrain destiné à être aménagé en espace vert pour y construire un collège, les Lyonnais commencent à vous connaître et les riverains apprécieront la fiabilité de vos promesses électorales. L’annonce de la création de ce collège s’accompagne une fois encore de visuels alléchants, nous commençons à être habitués. Vous nous vendez le recours au modulaire, mettant en avant deux avantages : la vitesse et le coût réduit. Pour le premier, la vitesse, on comprendra sans peine qu’alors même que vous promettez

Subventions aux clubs sportifs

Subventions aux clubs sportifs

  Monsieur le Président et chers collègues, simplement une explication de vote puisqu’en janvier dernier, je rappelle que nous avons voté contre le rapport de principe censé fonder les orientations de la politique sportive de la Métropole. Nous regrettons en effet le flou entourant vos intentions à la matière et les explications de ce jour sont encore bien suffisantes. Où vont vos priorités ? Développer le sport de haut niveau pour les clubs professionnels ou favoriser le sport pour tous ? Concernant les manifestations sportives, vous évacuez toute définition de critère, ce qui vous permet de soutenir telle ou telle manifestation de façon discrétionnaire. Par ailleurs, encore une fois -je vous l’avais déjà dit en juillet-, pourquoi le sport ne fait-il pas partie de vos moyens d’actions en matière de politique de la ville, lui qui est pourtant porteur de valeurs d’effort, de respect et de dépassement de soi, de

Création d’un collège dans le 8° arrondissement de Lyon

Création d’un collège dans le 8° arrondissement de Lyon

  Monsieur le Président, le rapport que vous nous proposez d’adopter lance les études de faisabilité de deux collèges, un à Villeurbanne Saint Jean et l’autre à Lyon 8°. Le groupe Les Républicains et apparentés, conscient de la nécessité d’offrir des places supplémentaires dans ces secteurs, en approuvera bien évidemment le principe. Pour autant, concernant Lyon 8°, les éléments portés à notre connaissance en commission, recoupés avec l’autorisation votée en Commission permanente de déposer un permis de construire à cette fin, nous en apprennent un peu plus sur ce projet de collège mais suscitent des interrogations nombreuses. Pour rappel, le 15 février dernier, votre Vice-Président Michel Le Faou, accompagné du Conseiller délégué Eric Desbos, annonçait non sans fierté devant les habitants réunis par le Conseil de quartier du Grand Trou-Moulin à vent-Petite Guille que le collège que vous promettez à leur quartier à chaque élection depuis quinze ans va enfin

Musée des Tissus et des Arts décoratifs

Musée des Tissus et des Arts décoratifs

Merci, monsieur le Président. Lors de notre Conseil du 1er février dernier, François-Noël Buffet vous avait interrogé concernant la position de la Métropole quant au devenir du musée des Tissus et des Arts décoratifs. Vous nous aviez alors expliqué qu’il était difficile pour la Métropole de prendre une charge financière supplémentaire. Un peu plus de cinq mois sont passés et nous votons une subvention exceptionnelle de 125 000 €, la Ville de Lyon ayant fait de même ; la Région s’est engagée à hauteur de 250 000 € et l’Etat pour la même somme. Le musée des Tissus n’est bien sûr pas sauvé pour autant mais nous pouvons nous réjouir de ces soutiens qui vont permettre de ne pas fermer ce musée dans un premier temps et de trouver des solutions pérennes, la CCI ayant elle-même différé sa décision de retrait. Nous nous réjouissons, monsieur le Président, que vous soyez

Politique sportive métropolitaine

Politique sportive métropolitaine

Monsieur le Président, mes chers collègues, ce rapport est un rapport de principe qui doit fonder les orientations stratégiques de la politique sportive de la Métropole. Or, on constate qu’il n’apporte aucune modification substantielle à la pratique antérieure. Tout au plus formalise-t-il l’unité des interventions suite à la fusion du Département et de la Communauté urbaine. Depuis la réunion du 8 octobre 2015 qui nous annonçait une réflexion devant mener à une grande délibération-cadre, on s’aperçoit qu’il n’y a rien de plus. On se demande dès lors pourquoi il a fallu attendre autant de temps pour sortir ce rapport. D’une manière générale, monsieur le Président, on attend votre vision sur la politique sportive. Quelle est votre volonté ? Développer le sport de haut niveau par les clubs professionnels ou favoriser, à l’inverse, le sport pour tous ? Développer l’offre pour créer la demande et donc mener une politique d’équipement, aider

Euro 2016 et déplacements

Euro 2016 et déplacements

    Monsieur le Président et chers collègues, l’organisation de l’Euro 2016 est un événement majeur pour tous les fans européens de football, pour la France qui est le pays hôte et plus particulièrement pour les villes qui ont été choisies pour accueillir des matchs. Chacun a le souhait que cette belle fête soit une réussite pour notre territoire et tout le monde va œuvrer en ce sens. Pour autant, et quel que soit l’événement, nous sommes des élus en responsabilité et nous devons faire face à nos obligations. Vous avez souhaité ajouter au dispositif des bénévoles initié par la SAS Euro 2016 un programme de bénévolat Métropole indépendant. Ce dernier vise à renforcer la qualité de l’accueil des spectateurs et favoriser leur bien-être sur notre territoire, un objectif qui ne peut être que partagé. Néanmoins, dans le cadre de cette assemblée et s’agissant d’une action portée par la Métropole, cette dernière suscite des

Politique sportive

Politique sportive

      Merci, Monsieur le Président. Monsieur le Conseiller délégué et mes chers collègues, le rapport que vous proposez à notre délibération est la reprise d’une compétence du Département qui concerne les collèges disposant de sections sportives. Notre groupe considère ‑et je pense que nous ne sommes pas les seuls‑ que le sport est la vitrine d’un territoire et de son excellence et qu’il constitue un facteur d’attractivité à part entière. A titre d’exemple et dans un tout autre registre, ce Conseil a voté aujourd’hui le dispositif de soutien aux bénévoles de l’Euro de football, tout comme il prévoit d’aider et de soutenir les clubs sportifs professionnels et nous en sommes plutôt satisfaits. Cependant, nous sommes en droit de nous poser quelques questions sur la politique sportive de la Métropole, tout particulièrement lorsqu’elle ne concerne pas le haut niveau. Le sport véhicule des valeurs que nous connaissons tous : le respect des

Rapport d’observations sur la Villa Gillet

Rapport d’observations sur la Villa Gillet

    Monsieur le Président, chers collègues, c’est la cinquième fois depuis septembre 2015 que j’interviens sur le sujet de la mauvaise gestion des associations Les nouvelles Subsistances et La Villa Gillet, dont les sorts sont liés ne serait-ce que parce qu’elles ont le même directeur. J’avais fait part alors de notre stupéfaction à la lecture du premier rapport concernant Les nouvelles Subsistances qui décrivait des dérives graves intervenues au sein de ces deux structures. J’avais moi-même demandé ici-même, en novembre 2015, qu’une enquête de la Chambre régionale des comptes soit également menée sur La Villa Gillet. Dans une autre intervention en janvier 2016 à la Ville de Lyon, je vous informais de notre décision de refuser de voter toute subvention pour ces deux structures tant que des actions énergiques ne seraient pas prises pour mettre fin à ces dérives. Après le Conseil municipal de Lyon et le Conseil régional la semaine dernière, c’est donc

ASVEL et Académie Tony Parker

ASVEL et Académie Tony Parker

    Monsieur le Président, mes chers collègues, j’interviens sur ces délibérations non pas sur la nature ou le montant de la subvention mais concernant plutôt le projet du club de l’ASVEL, notamment à travers la Parker Academy et la grande salle. Nous nous souvenons que ce projet a été présenté en septembre dernier. Il s’agit de l’installation, d’une part, du centre d’entraînement de l’ASVEL, du centre de formation, d’une école d’arbitrage sur le site de Gerland et, d’autre part, d’une salle de 10 000 places sur le site du stade de rugby Georges Lyvet ‑semble-t-il‑ ou peut-être même du Carré de Soie. Si ce n’était qu’un projet privé, mon intervention n’aurait évidemment aucun intérêt, si ce n’est peut-être pour se satisfaire du projet lui-même. Mais là, en réalité, 6 M€ sont inscrits à la programmation pluriannuelle des investissements de notre collectivité. Je souhaite bien évidemment que l’ASVEL puisse se développer, bénéficier des structures à

Politique culturelle

Politique culturelle

    Monsieur le Président, mes chers collègues, cette délibération est l’occasion de rappeler l’importance de la culture, sa capacité à nous rendre humbles et tolérants, à nous émouvoir, nous émerveiller, nous rendre parfois plus intelligents. André Malraux, Ministre de la culture, s’était fixé une feuille de route qui est restée d’une ardente actualité : rendre accessible au plus grand nombre les œuvres capitales de l’humanité et favoriser la création des œuvres de l’art et de l’esprit qui l’enrichissent. Cet objectif, que nous partageons tous, nécessite que la culture soit accessible financièrement et qu’elle puisse permettre son appropriation par le plus grand nombre. Le public est tout d’abord attiré par ce qu’il connait déjà. Cette première étape franchie, il pourra tout naturellement se laisser guider par une programmation plus éclectique. Ce cheminement sera favorisé si le spectateur se sent en confiance et qu’il sait qu’il peut compter, quel que soit le spectacle

Euro 2016 : subvention pour les jeunes

Euro 2016 : subvention pour les jeunes

    Monsieur le Président, mes chers collègues, notre groupe votera bien sûr ce rapport car il y a évidence à être favorable à une action visant à favoriser l’accès des jeunes écartés des événements qui se déroulent sur notre territoire. L’attribution de cette subvention de 11 000€ n’est pas contestable sur le fond mais je souhaite cependant faire deux remarques constructives pour les manifestations des années futures. Ma première remarque porte, on va dire, sur la territorialisation de la répartition et le choix des jeunes par les Communes qui vont bénéficier de cette subvention par l’intermédiaire du Secours populaire français. Je ne conteste en rien l’opération menée par le Secours populaire qui invitera des centaines de jeunes défavorisés de moins de 16 ans à assister à des matches dans le cadre de l’opération “20 000 sourires pour l’Euro” mais le choix de l’origine des jeunes bénéficiaires paraît assez flou. Quand