Agnès Gardon-Chemain interpelle les élus sur le déplacement de l’EM Lyon à Gerland

Agnès Gardon-Chemain interpelle les élus sur le déplacement de l’EM Lyon à Gerland

Le conseil de la Métropole du 22 janvier 2018 à été l’occasion pour Agnès GARDON – CHEMAIN, conseillère métropolitaine d’Ecully de revenir sur son étonnement de voir le campus de l’EM Lyon se voir délocaliser à Gerland en plaidant pour un développement économique qui tienne aussi compte des territoires et non pas seulement de la ville de Lyon. Monsieur le Président, chers collègues, Je débute mon intervention sur le développement économique par un hommage à Paul BOCUSE qui a toujours eu à cœur de mettre son énergie, sa générosité et son art au service du rayonnement et du développement de sa région, dont il était fier et qu’il aimait. Nous nous réjouissons des bons résultats de l’ADERLY en 2017 mais nous nous interrogeons sur l’égalité de traitement entre les différents territoires. ADERLY est l’acronyme de « Agence pour le Développement Economique de la Région Lyonnaise ». Elle est « partenaire et co-pilote » de la Marque Only Lyon. Naïvement nous avions pensé

Développement commercial

Développement commercial

Monsieur le Président, mes chers collègues, le SDUC est, comme d’autres schémas, une obligation réglementaire dont on peut essayer de tirer profit pour envisager le développement territorial de notre Métropole. Ce qui intéresse tout particulièrement les élus des territoires, c’est évidemment de comprendre comment ce schéma va les aider à développer le commerce dans leur Commune ou à maintenir l’activité commerciale quand celle-ci connaît des difficultés. Ces attentes sont d’autant plus fortes pour les années à venir que la situation du commerce sur notre territoire témoigne de l’existence de difficultés actuelles ou à venir. Si les résultats en volume de chiffre d’affaires de 7,2 milliards d’euros en 2015 sont le fruit d’une attractivité certes manifeste de la Métropole, à comparer avec ses concurrentes nationales voire européennes, en particulier pour l’hypercentre, ils semblent principalement portés par les nouveaux centres commerciaux. “tout beaux, tout neufs” comme on dit. Ils ont concentré les

Pacte PME : quels critères pour les aides ?

Pacte PME : quels critères pour les aides ?

  Monsieur le Président, mes chers collègues, ce n’est pas le sujet de fond qui nous interpelle aujourd’hui : cette délibération ne nous pose aucune difficulté mais suscite quelques interrogations plus globales sur le choix des aides économiques. Nous soutenons en effet le pacte PME par lequel la Métropole a voulu garantir le développement économique de son territoire. Les PME et ETI de notre Métropole, nombreuses et dynamiques, méritent d’être accompagnées dans leur développement par l’instauration d’un environnement et d’un écosystème favorables. Avec la baisse de 57 M€ des dotations de l’Etat en 2016, décidée par le Gouvernement dont vous étiez l’un des plus loyaux soutiens en 2012 -un peu moins aujourd’hui et c’est vrai qu’on vous comprend-, il était assez ardu d’imaginer que ce chiffre ne soit pas répercuté pour notre Métropole. Vous avez ainsi décidé la baisse généralisée des subventions à hauteur de 6 % et tenté d’obtenir

Schéma de développement économique

Schéma de développement économique

  Monsieur le Président, mes chers collègues, la Métropole de Lyon s’est engagée depuis début 2016 dans la formalisation de sa nouvelle stratégie économique. Le document programme de développement économique de la Métropole de Lyon 2016-2021 constitue l’aboutissement des travaux. La Métropole évoque une stratégie économique qui touche les champs de l’action économique territoriale, l’accompagnement d’entreprises, la stratégie sectorielle, l’international et son activité, son attractivité, le foncier économique, l’économie de proximité, etc. Il y a des analyses qui sont pertinentes : priorité à l’industrie, accompagnement global des entreprises, couple innovation internationale, effort à faire porter sur la mise à disposition des compétences pour les entreprises, notamment sur le recrutement, la formation continue et l’enseignement supérieur, l’intégration entre l’écosystème d’enseignement supérieur recherche des entreprises à renforcer, entre autres. Mais ce schéma présente aussi des lacunes. Ce schéma est une continuité sans véritable originalité et ne tenant pas assez compte des projections

Explication de vote sur le schéma de développement économique

Explication de vote sur le schéma de développement économique

  Si, elle est inconvenante, monsieur le Président, sur la forme et sur le fond. Si, sur la forme, cela ne gêne aucun élu ici présent de voter sur un document qui est déjà imprimé et distribué, notamment à la presse, je vous laisse rêveur quant au rôle d’un élu, c’est-à-dire avaliser quelque chose qui a déjà été décidé. Deuxièmement,… (…) Monsieur le Président, je ne vous ai pas interrompu, vous avez beau avoir beaucoup d’énervement. Parce qu’un certain nombre de choses ont été évoquées, pour pouvoir justement lever un certain nombre d’imprécisions, monsieur le Président, monsieur Blache vous avait demandé s’il était possible de reporter ce vote. Parce que, lorsque j’entends par exemple que le Maire de Satolas et Bonce estime que “ce n’est pas à la Métropole de décider des projets économiques à notre place”, lorsque je vois que des élus de l’Ain, de l’Isère et du Rhône

Schéma Hôtelier

Schéma Hôtelier

Monsieur le Président, mesdames et messieurs, si nous partageons le diagnostic posé par ce schéma de développement de l’hébergement touristique, il n’en va pas de même concernant les orientations fixées et leur future traduction dans le PLU-H. Alors que, parmi les critères objectifs pour définir les localisations préférentielles, vous citez de nombreuses centralités urbaines et polarités économiques de l’est lyonnais, il ressort que la future concentration hôtelière se fera sur Lyon et à sa proximité. Le zonage envisagé, qui a été brièvement présenté lors des rencontres CTM-PLU-H, même si -vous l’indiquez- “il pourra faire l’objet d’échanges particuliers afin de parvenir à une organisation territoriale concertée”, nous interpelle fortement. Il méconnaît certaines réalités économiques et ignore, dans certaines communes, totalement les implantations actuelles qui constituent pourtant de fortes polarités existantes. Malgré la présence d’Eurexpo, de deux aéroports, d’une gare TGV, de nombreuses zones d’activités et de parcs technologiques, vous vous obstinez

Service numérique et pass urbain

Service numérique et pass urbain

  Monsieur le Président, chers collègues, lors du dernier Conseil métropolitain, vous nous avez présenté une demande de subvention conséquente de 4 M€ pour l’expérimentation du Pass urbain. Elle devait notamment permettre le test de supports pilotes en partenariat avec la société Steria. Qui dit expérimentation indique nécessairement que le projet a été défini et balisé en amont. Il était d’ailleurs précisé dans la délibération qu’une première étude, financée à 35 % par la Caisse des dépôts et consignations, avait permis au préalable d’étudier la faisabilité technique d’un tel support. Nous avions alors émis des réserves sur le budget alloué, même si l’idée nous paraissait très intéressante. Mais voilà qu’aujourd’hui, après le vote du budget donc, vous nous resservez une autre demande de subvention pour l’accompagnement de la Métropole dans la définition et le positionnement des nouveaux services numériques, dont le Pass urbain. Devons-nous comprendre que vous nous avez fait

Insertion et RSA

Insertion et RSA

  Monsieur le Président, mes chers collègues, ce rapport a pour objet le renouvellement des conventions avec les gestionnaires de l’allocation RSA, dont les principaux sont la Caisse d’allocations familiales (CAF) et la Mutualité sociale agricole (MSA). Nous évoquerons particulièrement trois points. D’abord, les circuits de gestion : il est proposé de renforcer la répartition des compétences entre la Métropole et les gestionnaires en fixant des blocs de compétences. Force est de constater que l’évolution par rapport à l’action du Département n’est, en fait, que minime et ne consiste qu’en quelques “ajustements” comme cela est bien écrit dans la délibération ; on fait un “toilettage” des compétences en délégant à la CAF quelques missions supplémentaires jusqu’alors gérées par la Métropole. Pourquoi pas ? Surtout qu’elle accepte de le faire gratuitement… Mais on est à la marge, bien loin des annonces faites dans votre programme métropolitain d’insertion, le fameux PMI’e, avec

Coopération avec la ville de Tinca

Coopération avec la ville de Tinca

    Merci, Monsieur le Président. Chers collègues, sur ce sujet de la coopération décentralisée, nous avons déjà eu l’occasion, à de nombreuses reprises, de nous exprimer concernant l’intervention de la Métropole de Lyon. Si nous soutenons la démarche, nous nous interrogeons plus sur les choix d’opportunités de la Métropole. Même si une présentation de la politique de coopération décentralisée et du dispositif de soutien aux acteurs de solidarité internationale a été faite en commission, nous attendons toujours une réelle analyse des choix d’opportunités et une étude de l’impact économique de cette politique : “Pas avant la fin de l’année”, c’est ce que vous nous avez répondu. Par ailleurs, Monsieur Vincent nous a annoncé que, dans le contexte de maîtrise des dépenses de la Métropole, une baisse globale de 6 % de la participation financière était pratiquée. Or, sans visibilité sur l’enveloppe globale, nous ne pouvons la constater dans les faits. Sur la convention

Pass urbain

Pass urbain

    Monsieur le Président et chers collègues, ce rapport propose d’attribuer une subvention pour une convention de recherche avec la société Sopra-Steria dans le cadre de l’expérimentation du Pass urbain au niveau de la Métropole. Ce Pass est destiné à apporter plus de confort aux utilisateurs métropolitains de services culturels, sportifs ou d’animation en offrant des possibilités d’entrées groupées, à la fois dans un centre nautique, un musée et un équipement d’intérêt par exemple. L’idée nous semble intéressante et à la hauteur de ce que notre Métropole doit pouvoir proposer à terme à ses habitants ou visiteurs, d’autant que nous ne sommes pas les plus en avance sur ce sujet. C’est la raison pour laquelle, compte tenu du coût engendré par cette étude ‑4 M€, même étalés sur plusieurs années, c’est une somme, à l’heure où le budget de notre collectivité est fortement contraint‑, nous nous étonnons de ne pas avoir d’éléments

Guichet numérique

Guichet numérique

    Monsieur le Président, mes chers collègues, ce projet de rapport acte le lancement de l’expérimentation et la première phase de déploiement de guichets numériques dans six Communes pilotes de la Métropole. Plus largement, il participe de la réflexion globale relative à l’organisation des services à la population, qu’ils soient publics ou privés et de l’intégration et l’accès à ces services dans un cadre dématérialisé. Je ne peux que me réjouir que ce rapport nous soit proposé ce soir car il se situe dans la droite ligne de mon intervention en question orale lors du dernier Conseil ‑je me rappelle d’ailleurs que vous aviez bien souri, Monsieur le Président, et cela m’avait ravie à ce moment-là‑ ; comme quoi, de bonnes idées ou des points de vue intéressants peuvent tout à fait être émis par chacun, élus de la majorité ou de l’opposition. Le guichet numérique permettra à chacun l’accès aux services

Bioparc Rockefeller la Buire

Bioparc Rockefeller la Buire

  Monsieur le Président et chers collègues, le 23 mars dernier, dans cette enceinte, nous prenions acte de l’abandon du projet Etoile sur le site du Bioparc. Je vous avais alors interrogé sur la façon dont la poursuite du développement du Bioparc était envisagée, développement qui constituait une de vos promesses de campagne, récurrente depuis 2008. Votre réponse alors mérite d’être citée in extenso, je ne voudrais pas prendre le risque de déformer vos propos : “La première tranche est aujourd’hui entièrement occupée par des entreprises des sciences du vivant et beaucoup d’autres entreprises du secteur veulent se localiser sur le secteur du Bioparc (… / …) Donc, pour nous, c’est l’occasion de développer un certain nombre de locaux et de pouvoir répondre aux entreprises qui nous demandent”. Pour faire simple, l’abandon du projet d’hadronthérapie semblait être presque une chance pour toutes ces entreprises innovantes qui, selon vous, se bousculaient au portillon. Aujourd’hui, nous apprenons,

Ouverture dominicale : la confiance aux Maires

Ouverture dominicale : la confiance aux Maires

  Monsieur le Président, monsieur le Vice-Président, notre groupe intervient souvent en séance pour défendre les droits des Maires et rappelle avec insistance la légitimité démocratique importante de ceux qui sont considérés comme les derniers élus de proximité. La mécanique de la Métropole est souvent dure avec le pouvoir des Maires et je ne citerai qu’un exemple : lorsqu’un immeuble s’effondre et qu’un arrêté de péril imminent doit être signé, il doit désormais transiter par la Métropole, créant une période de latence, certes relativement courte mais qui donne parfois l’image d’un Maire impuissant. De même, cette tutelle en matière de circulation routière qui nous impose de rédiger des arrêtés par nos services avant de les faire signer par la Métropole donne une impression parfois pas toujours très bien vécue. Je pourrais donner de nombreux autres exemples mais nous les connaissons tous fort bien et notre groupe constate qu’enfin, la Métropole

Politique d’insertion

Politique d’insertion

  Monsieur le Président, madame la Conseillère déléguée, vous nous proposez ce soir d’examiner un programme métropolitain d’insertion pour l’emploi et, prioritairement, les orientations stratégiques de l’action métropolitaine pour l’insertion. Une stratégie liée à l’emploi pour les bénéficiaires du RSA de l’agglomération lyonnaise, c’est important pour nous, c’est important pour eux, c’est important pour nos collectivités. Monsieur le Président, une stratégie, c’est bien la science ou l’art de combiner des opérations pour atteindre un objectif, souvent une victoire et non un concept attrape-tout dont le sens serait inversement proportionnel à son degré d’explication. Des réflexions et plusieurs interrogations après lecture du document. Une réflexion générale d’abord : Vous le rappelez, depuis janvier 2015, la Métropole exerce en lieu et place d’un Conseil départemental la compétence du revenu de solidarité active et de l’insertion de ses bénéficiaires. Il aurait été pertinent de faire état des grands axes de ce que fut