Moyens des groupes : Assumez !

Moyens des groupes : Assumez !

Le groupe Les Républicains s’associe totalement aux propos du Président Grivel et vous me permettrez simplement une petite digression, madame la Présidente du groupe Socialistes : en politique, il faut une cohérence. On ne peut pas dire quelque chose en réunion de groupes et dire l’inverse devant cette assemblée. C’est proprement incohérent ! Remarquez, je ne sais pas si vous êtes membre du Parti socialiste ou d’En Marche ; là aussi, je pense qu’il faut être aussi assez cohérent (rires dans la salle). D’autre part, je trouve tout de même très étonnante l’agressivité que vous avez vis-à-vis d’un problème qui a été exposé de manière très posée et en profondeur par un Président de groupe. Si effectivement avoir une position différente de l’exécutif entraîne une telle attitude, on comprend mieux qu’il y ait un certain nombre de délibérations qui se votent ici mais qui ne se passent pas dans une

Plan des Déplacements Urbains

Plan des Déplacements Urbains

Merci, monsieur le Président. Mes chers collègues, le plan des déplacements urbains de l’agglomération lyonnaise sur lequel nous devons donner un avis résulte d’une obligation légale -encore une- pour fixer les orientations de la politique des déplacements sur le territoire du périmètre de transports urbains du SYTRAL. Prévu par le code des transports, le PDU doit répondre à certaines obligations dont on ne peut se soustraire, que ce soit la protection de l’environnement, la cohésion sociale, la sécurité des déplacements, la diminution du trafic automobile, le développement des transports collectifs, etc. Donc le PDU a d’abord une portée légale qui, si elle est utile, nous amène à entrer dans le cadre qui noie un peu les spécificités des territoires. Pour cela, on ne peut que saluer le travail mené par les équipes du SYTRAL pour une réflexion globale et partenariale qui aboutit à une rédaction bien organisée sur la forme

Nœud ferroviaire lyonnais

Nœud ferroviaire lyonnais

Monsieur le Président, chers collègues, merci. Au-delà de cette étude et des quelques mots que vous nous avez donnés tout à l’heure sur le PDU, il nous apparaît opportun de se projeter sur votre vision et la nôtre du nœud ferroviaire lyonnais. En effet, l’opportunité du déclassement de l’autoroute A6-A7 passée et saisie, bénéfique pour les uns, inquiétant pour les autres, la modification du nœud ferroviaire lyonnais pose aussi des inquiétudes et des attentes. Si cette étude apporte un regard sur le centre lyonnais, la Part-Dieu et cette douzième voie nécessaire, qu’en est-il du regard plus large ? Quelle vision avez-vous, monsieur le Président, du fret dans l’agglomération lyonnaise, dans le pôle métropolitain lyonnais ? Etes-vous, comme nous, comme les associations Fracture et Le Fer Autrement, pour un vrai contournement suivant la ligne LGV passant par Saint-Exupéry et rejoignant la vallée du Rhône à Salaise sur Sanne sur l’espace portuaire

Anneau des Sciences

Anneau des Sciences

Monsieur le Président, chers collègues, c’est à la faveur de cette délibération que revient en débat dans notre assemblée le projet de l’Anneau des sciences. Il a été l’objet -et cela a été rappelé par d’autres intervenants- de longs débats, de longues discussions voire même de combats un peu tendus au sein de cette assemblée. Mais le débat public du mois de novembre 2012 au mois d’avril 2013 est venu apporter, ou proposer en tous les cas, un projet de tracé que nous connaissons tous dans cette assemblée. L’objectif désormais est, sans remettre en cause le principe et le projet lui-même, d’aller plus loin dans les études avant l’enquête publique. Les questions qui se posent aujourd’hui se posent dans un contexte un petit peu différent des années précédentes puisque nous sommes inscrits désormais, en termes de calendrier, dans une situation qui fait que le déclassement de l’A6-A7 et les projets

A quand un projet global pour Gerland ?

A quand un projet global pour Gerland ?

Monsieur le Président, mes chers collègues, quelques mots en complément de l’intervention précédente, dont nous partageons l’analyse, notamment au sujet des remarques du commissaire- enquêteur sur la modification du PLU proposée pour Gerland. Quelques remarques complémentaires donc. D’une part, le flou de cette modification reste assez prégnant. Nous l’avions signalé lors de son étude en Conseil municipal de Lyon. C’est toujours le cas : flou sur l’ampleur des droits à construire ouverts à cette occasion, flou également sur les objectifs réels de la modification. Pour information, lors de l’examen du dossier au Conseil municipal en octobre -de mémoire- et notamment lors de son étude en commission, nous avions demandé la communication de l’étude d’urbanisme qui avait présidé à cette modification. Nous sommes toujours dans l’attente de ce document, ce qui est tout de même relativement regrettable. Deuxièmement, monsieur le Président, je regrette que cette délibération ne parle que du stade

PUP, quelles ambitions pour Décines ?

PUP, quelles ambitions pour Décines ?

Heureusement que je siège dans cette assemblée, je vois que je vous redonne à tous le sourire, c’est déjà bon signe. Monsieur le Président, chers collègues, enfin on parle de nous, de Décines-Charpieu ! Je ne peux que me féliciter de cette délibération concernant la friche de la Mutualité et du PUP qui lui est associé. En effet, cette friche a fait l’objet de nombreux projets, assortis très souvent de rebondissements et bien plus rarement d’aboutissements. Le médiapôle, pour rappel, y était annoncé, le projet acté avec photos à l’appui, puis ce projet a muté vers une autre Commune ; comme quoi on peut faire partie de la même famille politique et se faire voler les projets. A notre arrivée, nous avons remis les compteurs à zéro et retravaillé ce projet. Je suis très fière pour ma Commune car le résultat est ambitieux et vertueux. Ce sera un lieu de

Développement commercial

Développement commercial

Monsieur le Président, mes chers collègues, le SDUC est, comme d’autres schémas, une obligation réglementaire dont on peut essayer de tirer profit pour envisager le développement territorial de notre Métropole. Ce qui intéresse tout particulièrement les élus des territoires, c’est évidemment de comprendre comment ce schéma va les aider à développer le commerce dans leur Commune ou à maintenir l’activité commerciale quand celle-ci connaît des difficultés. Ces attentes sont d’autant plus fortes pour les années à venir que la situation du commerce sur notre territoire témoigne de l’existence de difficultés actuelles ou à venir. Si les résultats en volume de chiffre d’affaires de 7,2 milliards d’euros en 2015 sont le fruit d’une attractivité certes manifeste de la Métropole, à comparer avec ses concurrentes nationales voire européennes, en particulier pour l’hypercentre, ils semblent principalement portés par les nouveaux centres commerciaux. “tout beaux, tout neufs” comme on dit. Ils ont concentré les

Financement du PLIE UNI-Est

Financement du PLIE UNI-Est

Monsieur le Président, mes chers collègues, j’interviens aujourd’hui en complément de mes interventions des 19 septembre et 12 décembre derniers, qui doivent être toujours présentes dans les mémoires de mes chers collègues et du courrier que je vous ai adressé le 3 février dernier pour lequel je n’ai pas reçu de réponse à ce jour. Je me félicite cependant de l’attribution de subventions de fonctionnement aux organismes œuvrant pour l’accompagnement vers l’activité des bénéficiaires du RSA. Notre groupe votera ce rapport. Mais je m’interroge néanmoins sur la mise en œuvre d’actions en faveur des autres publics fragilisés et en insertion, publics qu’il ne faudrait pas oublier. Depuis ce début d’année, la Métropole, conformément à la loi, gère seule, en lieu et place des trois associations porteuses de PLIE, la subvention globale allouée dans le cadre du fonds social européen, le fameux FSE. Cette subvention doit servir pour agir en faveur

Des investissements pour tous ?

Des investissements pour tous ?

Monsieur le Président, chers collègues, très honnêtement, faut-il investir 500 000 € dans un outil de gestion ou pas, la question ce n’est pas ce qui est prioritaire aujourd’hui ; si cela permet de faire avancer les projets de la PPI (programmation pluriannuelle des investissements), cela nous paraît important pour l’ensemble des Villes mais si, en plus, cela permet de rattraper le retard des années précédentes, cela nous paraît évidemment prioritaire. Soyons totalement objectifs, je ne suis pas sûr que cela soit le seul problème pour la mise en place de la PPI. Quand je prends une Ville comme Grigny, par exemple, sur la PPI précédente -où je n’étais pas Maire-, à peine 20 % ont été mis en œuvre lors du précédent mandat. Est-ce un outil de suivi qui manque pour faire avancer la PPI ? Je crois davantage que c’est un problème de gouvernance. Vous avez réussi à