Réaction à la nomination du Président de la Métropole au gouvernement

Réaction à la nomination du Président de la Métropole au gouvernement

  Merci beaucoup, monsieur le Président, monsieur le Ministre d’Etat, monsieur le Ministre de l’Intérieur. Nous voulions, en préambule de cette séance, vous présenter nos sincères félicitations pour votre nomination au Gouvernement et c’est vrai que nous nous associons à cette grande fierté que vous soyez au sein du Gouvernement et, en tant que Président de la Métropole, c’est un symbole important.   Comme vous l’avez rappelé dans votre propos liminaire, vous avez mesuré la rupture, la cassure qui existent dans notre pays et toutes les conséquences auxquelles maintenant, en tant que Ministre de l’Intérieur, vous devez faire face et je pense que le territoire que vous connaissez, le rôle que les élus, que les Maires ont, bien sûr vont certainement vous aider dans cette mission.   Pour nous, c’est important et vous l’avez rappelé dans votre propos, vous avez expliqué notamment la démarche que le Gouvernement auquel vous appartenez

Accueil des gens du voyage

Accueil des gens du voyage

  Merci, monsieur le Ministre d’Etat. Monsieur le Président, mes chers collègues, le week-end pascal fut marqué, à Rillieux la Pape, par une intrusion illicite de véhicules et de caravanes appartenant à des gens du voyage qui, après avoir sectionné les cadenas et forcé le portail à la disqueuse, se sont installés par dizaines sur le terrain municipal de rugby du Loup Pendu. Ce sont des choses qui arrivent régulièrement sur le territoire de la Métropole mais, fort heureusement, les recours existent. Mes collègues Maires connaissent bien la procédure qui est introduite par le Préfet du Rhône qui ordonne l’expulsion puis autorise, si nécessaire, le recours à la force publique.   Confiants envers les services de l’Etat et le respect de l’Etat de droit, nous avons donc procédé aux constatations nécessaires et, par un arrêté du 18 avril dernier, le Préfet du Rhône, suite à ma saisine, a mis en

Cité internationale de la Gastronomie

Cité internationale de la Gastronomie

  Monsieur le Président, mes chers collègues, avec cette délibération sur le choix du mode de gestion, nous passons à la phase opérationnelle de la Cité de la gastronomie. Nous nous en réjouissons et approuverons bien évidemment ce rapport.   Nous ne reviendrons pas sur les remarques techniques liées au choix de la délégation de service public, remarque développée tant en commission consultative des services publics locaux qu’en commission développement économique, numérique, insertion et emploi.   Nous rappelons simplement, à ce stade, que la gestion d’un service public par une délégation de service public n’exclut pas la responsabilité de la collectivité et nous veillerons, dans les années futures, à ce que le service public délégué le soit avant tout dans l’intérêt du rayonnement de la Métropole lyonnaise dans son entier.   Nous savons d’ailleurs le travail que vous avez développé pour que le financement puisse être bouclé, monsieur le Président,

Devenir du centre médico-psychologique de Caluire

Devenir du centre médico-psychologique de Caluire

  Merci, monsieur le Président, monsieur le Ministre. Mes chers collègues, puisque nous parlons du Centre hospitalier Le Vinatier, je souhaite évoquer le projet de suppression des centres médico- psychologiques, des centres d’activités et thérapeutiques à temps partiel et de l’hôpital de jour adultes et enfants de Caluire et Cuire, de Neuville sur Saône mais également, je crois, de Lyon.   Installé depuis plus de trente-cinq ans à Caluire et Cuire et fort de son équipe pluridisciplinaire, le CMP (centre médico-psychologique) accueille gratuitement plus de 250 jeunes patients et leurs familles. Or, le projet du Centre hospitalier Le Vinatier qui a présenté, le 19 décembre dernier, une fermeture des CMP dès le mois d’avril 2017 va à l’encontre des objectifs d’amélioration de la qualité de l’accès aux soins ainsi que de la réduction des inégalités territoriales pourtant garanties par l’Etat et l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes.   Si ce transfert

Gouvernance et ZAC de Grigny

Gouvernance et ZAC de Grigny

Monsieur le Ministre, monsieur le Président, mes chers collègues, au-delà de la ZAC de La Duchère, à l’heure où nous allons changer de Président, nous devons nous poser quelques problématiques.   La gestion d’une Métropole, comme toute grande institution, ne dépend pas que d’un homme. Nous sommes un territoire attractif et dynamique. Par le passé, nous avions aussi la chance d’avoir une capacité d’investir massivement pour entretenir et décupler cette dynamique. Nous savons aujourd’hui que nos marges de manœuvre sont plus réduites, que nous devons prioriser, que nous devons investir uniquement si les effets de levier sont conséquents. Je pense que dans le contexte national cela se comprend aisément.   Mais notre gouvernance est-elle efficiente pour un aussi bel outil ?   Il y a deux mois, monsieur le Président, je vous demandais un rendez-vous pour dialoguer, échanger, construire une solution concernant deux ou trois dossiers d’une petite ville aux

Déclassement des autoroutes A6/A7

Déclassement des autoroutes A6/A7

  Merci, monsieur le Ministre d’Etat. Monsieur le Président, la présentation de ces délibérations techniques nous donne l’occasion d’intervenir sur le déclassement des autoroutes A6-A7.   Si les modalités pratiques ont l’air d’avancer, il n’en est pas de même avec la concertation et le travail avec les élus des territoires qui, lui, avance moins. Enfin, je devrais préciser avec certains élus du territoire car tous ne sont manifestement pas logés à la même enseigne.   Certains élus ont bien été reçus mais pas ceux de ma Commune d’Ecully. Vous allez certainement pouvoir m’expliquer pourquoi dans votre réponse. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir fait de nombreuses demandes de collaboration depuis le vote favorable au déclassement. Ainsi, une demande de visite en présence des services sur des travaux à prendre en compte : deux mois après, nous recevons une réponse qui nous ramène à la case départ.   Nous nous inquiétons