Clotilde POUZERGUE – Missions locales jeunes

Clotilde POUZERGUE – Missions locales jeunes

Clotilde Pouzergue, maire et conseillère métropolitaine d’Oullins, s’est exprimée en conseil de la Métropole du 5 novembre 2018 sur son inquiétude sur le devenir des missions locales jeunes.   Le 18 juillet 2018, le Premier ministre a annoncé, à l’issue d’un atelier « Action publique 2022 » consacré au service public de l’emploi, la volonté d’encourager des  fusions entre les Missions Locales et les agences de Pôle Emploi sous forme expérimentale. Cette annonce a été faite sans concertation préalable avec le réseau des Missions Locales. Les éventuelles expérimentations annoncées de fusion de Missions Locales avec Pôle Emploi, si elles sont mises en œuvre, sont de nature à remettre en cause à la fois la spécificité de l’accompagnement global et personnalisé des jeunes et l’ancrage territorial des Missions Locales, avec l’engagement politique et financier fort des élus, gages de la performance de leurs actions. Nous rappelons que les Missions Locales Jeunes

Laurence BALAS – Budget modificatif 2018

Laurence BALAS – Budget modificatif 2018

Laurence BALAS, conseillère métropolitaine du 6ème arrondissement de Lyon, est intervenue en conseil de la Métropole du 5 novembre 2018 sur la décision modificative du budget en ce qui concerne le volet des mineurs non accompagnés.   Monsieur le Président, mes chers collègues, Quelques mots sur cette décision modificative (DM) ou plus précisément sur un ces volets : la hausse des dépenses sociales. La majeure partie est la conséquence de la « gestion » d’une politique nationale qui est la politique d’immigration. En effet, 13,5 M euros supplémentaires sont pour les frais de séjours et d’hébergement pour l’enfance du fait de l’afflux sur notre territoire de mineurs non accompagnés (MNA) au 1er semestre 2018. Au total ce sont désormais 47 M euros qui devraient être consacrés à ce sujet pour 2018 soit plus du tiers de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et une hausse de 15 M est d’ores et déjà envisagée pour

Dominique NACHURY : Aide à domicile : formation et fidélisation

Dominique NACHURY : Aide à domicile : formation et fidélisation

Monsieur le Président, mes chers collègues, Quelques mots à propos de cette délibération proposant de subventionner à hauteur de 100 000 euros l’expérimentation d’une plateforme métropolitaine de l’aide à domicile par la Maison de l’emploi et de la formation. Cette plateforme a pour objet d’aider les employeurs dans la gestion des ressources humaines et de proposer aux demandeurs d’emploi des métiers et des formations. Trois constats : le secteur de l’aide et de l’accompagnement des personnes âgées et des personnes handicapées à leur domicile est un vivier d’emplois actuellement et plus encore dans l’avenir. le maintien à domicile est une orientation affirmée par les autorités sanitaires et sociales, voir le programme régional de santé examiné ici récemment. Vieillir à domicile est une orientation souhaitée par 83% des seniors ainsi que l’indique la récente enquête CSA. les métiers de l’aide à domicile sont accessibles sans diplômes ou sélection mais avec une évidence de

Alexandre VINCENDET : Retenue sur indemnités : tous à la même enseigne ?

Alexandre VINCENDET : Retenue sur indemnités : tous à la même enseigne ?

 Monsieur le Président, mes chers collègues, Ce rapport nous donne l’occasion d’évoquer un sujet beaucoup plus large et qui concerne le pouvoir d’achat des retraités. Je ne vous ferai pas la longue liste des critiques envers la politique gouvernementale sur la baisse du pouvoir d’achat du fait de l’augmentation de la CSG, des taxes sur le fuel et l’essence, la non revalorisation des petites retraites… Pour ne pas aborder ici des choix de politique nationale, je me concentrerai sur la situation des retraités dans notre territoire et plus particulièrement sur le régime indemnitaire de notre Assemblée. Imaginons, c’est un cas d’école, un simple citoyen retraité de la fonction publique, issu du ministère de l’éducation nationale, et dont l’intérêt pour la chose publique l’amène à assurer des responsabilités électives locales et même nationale en qualité de parlementaire. Imaginons aussi que par son investissement total pour l’intérêt général il accède à

Agnès GARDON-CHEMAIN – ZFE & Périphérique à 70 km/h

Agnès GARDON-CHEMAIN – ZFE & Périphérique à 70 km/h

  Monsieur le Président, mes chers collègues, L’observatoire pour la surveillance et l’information sur la qualité de l’air en Auvergne Rhône-Alpes (ATMO) a une importance toute particulière. Il est utile et nécessaire de se doter d’outils pour mener une politique efficace de lutte contre la pollution et le changement climatique. Nous la soutiendrons d’autant plus que cet organisme dont la compétence n’est pas remise en cause, aurait pu nous être très utile dans le débat démocratique de notre Assemblée, si toutefois vous aviez souhaité un vrai débat démocratique. Nous évoquerons ici deux exemples. D’abord la mise en place de la zone à faible émission. Nous approuvons le principe de la mise en place de telles zones qui peuvent en partie répondre à l’urgence de réduction de la pollution de l’air, particulièrement dans la quinzaine de territoires visés par le contentieux européen sur les particules fines (PM10) et le dioxyde d’azote

Gaël PETIT – Tri des déchets

Gaël PETIT – Tri des déchets

  Monsieur le Président, mes chers collègues, Un constat malheureux s’impose, la qualité du tri se détériore ces dernières années dans l’agglomération, avec un refus de tri tournant toujours autour de 30%, et des zones clairement identifiées comme étant à problème. Faut-il pour autant se lancer, comme le fait la Métropole, dans des actions tous azimuts, sans ligne directrice et sans grande cohérence, pour améliorer la situation ? Les grands ensembles locatifs de l’agglomération sont ainsi fléchés comme étant une des sources du problème de qualité de tri. Autant la délibération 3107 portant sur une subvention envers un bailleur social Dynacité nous semble pertinente, car les actions en faveur du tri sont concrètes et bien détaillées, autant cette délibération 3108 pour subventionner la société YOYO nous semble très légère. Pas d’objectifs chiffrés pour la société YOYO, mais des distributions de récompenses pour les meilleurs habitants trieurs et pour leurs coachs, sous

Jean Wilfried MARTIN s’exprime à propos de la lutte contre le cannabis

Jean Wilfried MARTIN s’exprime à propos de la lutte contre le cannabis

Lors du conseil de la Métropole du lundi 5 novembre 2018, Jean-Wilfried MARTIN, conseiller métropolitain de Villeurbanne s’est exprimé à propos de la lutte contre le cannabis.     Monsieur le Président, mes chers collègues, Cette délibération a pour objet de permettre à la Métropole de Lyon de requalifier la rue Bonneterre à Villeurbanne. Cette opération est nécessaire depuis de nombreuses années et nous la voterons. Elle nous donne l’occasion de mettre en lumière des choix politiques. Cette rue, ainsi que d’autres endroits de la ville de Villeurbanne, est connue comme un lieu où l’insécurité est grandissante et les trafics de drogue nombreux et visibles de tous. Requalifier l’espace public, et la délibération est claire sur ce sujet, est donc une avancée majeure permettant de sécuriser le public lors de ses déplacements. C’est aussi un gage d’une volonté politique de prendre à bras le corps les problèmes de trafics de

Vote du vœu sur les libertés locales

Vote du vœu sur les libertés locales

Le groupe Les Républicains et Apparentés de la Métropole se félicite d’avoir fait adopter un vœu déposé en commun avec le groupe UDI et Apparentés en faveur des libertés locales. Malgré le refus du Président David Kimelfeld et d’une partie des membres de son exécutif qui ont voté contre ce vœu, nous avons su créer une majorité au-delà des partis politiques et des clivages partisans. Ces élus responsables et soucieux des territoires et des habitants qui ont voté pour ce vœu contre la posture politique de l’exécutif, ont fait le choix de lancer un appel solennel pour une relance de la décentralisation et affirmer leur attachement à la France des territoires et à la décentralisation qui est le modèle qui permet de rapprocher décisions et investissements des vrais besoins. Mercredi 26 septembre 2018, lors du Premier Rassemblement des élus pour les libertés locales, les maires, les présidents de région et

Philippe COCHET s’exprime sur le retour du fils prodigue

Philippe COCHET s’exprime sur le retour du fils prodigue

Lors du conseil de la Métropole du 5 novembre 2018, Philippe COCHET s’est exprimé à propos du retour du fils prodigue, Gérard Collomb. Monsieur le Président, mes chers collègues, En premier lieu, notre Groupe LR et apparentés souhaite la bienvenue au nouveau Maire de Lyon qui a été élu ce matin avec 41 voix, c’est nettement moins bien mais ça passe encore ! C’est donc le retour du fils prodige. Enfin le fils retrouvé mais pas exactement le même car. Ce n’est pas celui qui a été socialiste pendant des années. Ce n’est pas celui qui est devenu macroniste le temps d’un aller retour au Ministère de l’Intérieur. Ce n’est pas celui qui a fait voter des lois contre lesquelles il s’était battu pendant des années les rares fois où il était présent au Sénat. C’est plutôt celui qui sentant le retournement de l’opinion et l’amateurisme du macronisme, a choisi