Commission générale sur le Sytral

Commission générale sur le Sytral

    Merci, Monsieur le Président. Je suis heureuse qu’il y ait autant de bonnes nouvelles et je félicite tout le personnel du SYTRAL.   Je me réjouis également du déclassement de l’autoroute. Mais il y a une chose qui ne m’a pas échappé, c’est que l’enquête déplacements est antérieure au big bang du déclassement et, de fait, je m’interroge. On a vu beaucoup de chiffres où on nous disait ‑et c’est normal‑, en termes de poids dans le territoire, que les chiffres clés étaient sur Lyon et Villeurbanne.   Je reviens sur le powerpoint diffusé et un slide qui nous présentait le réseau des transports en commun sur l’agglomération. Il est surprenant de voir que le Rhône et la Saône se situaient sur la gauche de l’image, ce qui laisse apparaître que l’essentiel des transports en commun se concentrent sur l’est lyonnais.   Mon inquiétude, c’est qu’avec ce déclassement

Retour sur la séance du 1er février 2016

Retour sur la séance du 1er février 2016

        Monsieur le Président, lors du Conseil de la Métropole du 1er février, dont vous nous demandez d’approuver le compte-rendu, je m’étais ému qu’un déplacement du Ministre de la ville puisse avoir lieu dans le quartier de Mermoz nord sans que je ne sois invité, ni en tant qu’élu du huitième, ni en tant que Conseiller métropolitain, ni enfin en tant qu’administrateur de Grand Lyon Habitat, en réponse de quoi vous m’aviez dit ‑je résume‑ que le Ministre s’était très bien passé de ma présence et qu’il n’y avait pas de quoi en faire un drame ! J’en conviens. C’est pourquoi je suis pour le moins étonné que, quelques semaines plus tard, à l’occasion du Comité interministériel sur la politique de la ville qui s’est tenu à Vaulx en Velin, vous soyez choqué de n’être point invité, au point d’en faire scandale dans la presse et même de vous fendre

Mobilités actives

Mobilités actives

    Monsieur le Président, chers collègues, évidemment un grand plaisir cet après-midi d’entendre autant de choses positives au sujet du vélo, partagées par un certain nombre d’orateurs, avec une moyenne plus jeune globalement que sur les autres rapports. C’est un constat ! (Rires dans la salle). Depuis des années, nous entendons parler de modes doux, comprendre “doux pour l’environnement”. Dès 1970, cette notion de douceur, via la protection de l’environnement a été présente dans l’ouvrage Barbapapa où Barbidou, l’un des sept enfants, était le protecteur de l’environnement. Et pourtant, se déplacer autrement qu’en voiture est souvent une source de contraintes, tant organisationnelles que physiques, qui transforment aisément ces modes doux en modes plutôt durs. La terminologie “modes actifs” est arrivée avec la préoccupation d’obésité et de surpoids. L’usage inconsidéré de modes inactifs au sens d’inactivité physique que sont les véhicules motorisés a mis en évidence, largement en Grande-Bretagne, en Amérique du

Protection de l’enfance

Protection de l’enfance

    Monsieur le Président, chers collègues, à propos de ce rapport numéro 2016‑1188 proposant les subventions aux internats expérimentaux, je souhaite faire, au nom de mon groupe, quelques observations organisées en trois points. Premier point : l’internat La Farge à Propières, géré par l’Association départementale des pupilles de l’enseignement public, cessera tout accueil à compter de la prochaine rentrée. Qu’il ne soit pas situé sur le territoire de la Métropole ne le disqualifie pas d’emblée. Nous savons tous que les familles d’accueil, par exemple, sont en nombre sur le territoire du Nouveau Rhône et prennent en charge des enfants de la Métropole. Pourtant, il ne pourrait être question de se priver de leurs compétences et dévouement. Néanmoins, l’éloignement géographique peut poser difficulté pour le nécessaire travail avec ou à côté des familles des enfants faisant l’objet de mesures éducatives et qui sont accueillis en internat. Le personnel de La Farge a, pendant de

Travaux C3 : quel accompagnement ?

Travaux C3 : quel accompagnement ?

    Monsieur le Président et chers collègues, nous avons aujourd’hui beaucoup parlé de transports et de déplacements dans la ville. N’ayant pu intervenir dans la commission générale sur les transports puisqu’il y avait déjà beaucoup d’interventions, il m’avait paru utile de prendre une intervention sur cette question des pistes cyclables. Mais vous me permettrez au préalable, dans le temps imparti, un petit commentaire sur la question des déplacements lié à l’enquête ménages. Il y a toujours une chose qui est un peu cachée, ce sont les différents types de déplacements effectués par les Grandes Lyonnaises et les Grands Lyonnais entre les transports domicile-travail et les transports de loisirs ou les transports commerciaux et, malheureusement, la rigidification de la ville et notamment de la ville-centre et les aménagements, les difficultés qu’il y a, notamment pour les familles dont les deux parents travaillent, de pouvoir disposer, pour chacun d’entre eux, d’une

Euro 2016 et déplacements

Euro 2016 et déplacements

    Monsieur le Président et chers collègues, l’organisation de l’Euro 2016 est un événement majeur pour tous les fans européens de football, pour la France qui est le pays hôte et plus particulièrement pour les villes qui ont été choisies pour accueillir des matchs. Chacun a le souhait que cette belle fête soit une réussite pour notre territoire et tout le monde va œuvrer en ce sens. Pour autant, et quel que soit l’événement, nous sommes des élus en responsabilité et nous devons faire face à nos obligations. Vous avez souhaité ajouter au dispositif des bénévoles initié par la SAS Euro 2016 un programme de bénévolat Métropole indépendant. Ce dernier vise à renforcer la qualité de l’accueil des spectateurs et favoriser leur bien-être sur notre territoire, un objectif qui ne peut être que partagé. Néanmoins, dans le cadre de cette assemblée et s’agissant d’une action portée par la Métropole, cette dernière suscite des

Coopération avec la ville de Tinca

Coopération avec la ville de Tinca

    Merci, Monsieur le Président. Chers collègues, sur ce sujet de la coopération décentralisée, nous avons déjà eu l’occasion, à de nombreuses reprises, de nous exprimer concernant l’intervention de la Métropole de Lyon. Si nous soutenons la démarche, nous nous interrogeons plus sur les choix d’opportunités de la Métropole. Même si une présentation de la politique de coopération décentralisée et du dispositif de soutien aux acteurs de solidarité internationale a été faite en commission, nous attendons toujours une réelle analyse des choix d’opportunités et une étude de l’impact économique de cette politique : “Pas avant la fin de l’année”, c’est ce que vous nous avez répondu. Par ailleurs, Monsieur Vincent nous a annoncé que, dans le contexte de maîtrise des dépenses de la Métropole, une baisse globale de 6 % de la participation financière était pratiquée. Or, sans visibilité sur l’enveloppe globale, nous ne pouvons la constater dans les faits. Sur la convention

Politique sportive

Politique sportive

      Merci, Monsieur le Président. Monsieur le Conseiller délégué et mes chers collègues, le rapport que vous proposez à notre délibération est la reprise d’une compétence du Département qui concerne les collèges disposant de sections sportives. Notre groupe considère ‑et je pense que nous ne sommes pas les seuls‑ que le sport est la vitrine d’un territoire et de son excellence et qu’il constitue un facteur d’attractivité à part entière. A titre d’exemple et dans un tout autre registre, ce Conseil a voté aujourd’hui le dispositif de soutien aux bénévoles de l’Euro de football, tout comme il prévoit d’aider et de soutenir les clubs sportifs professionnels et nous en sommes plutôt satisfaits. Cependant, nous sommes en droit de nous poser quelques questions sur la politique sportive de la Métropole, tout particulièrement lorsqu’elle ne concerne pas le haut niveau. Le sport véhicule des valeurs que nous connaissons tous : le respect des

ZAC Mermoz Sud

ZAC Mermoz Sud

    Monsieur le Président, avec ce rapport sur le périmètre de la ZAC Mermoz sud, le renouvellement urbain du quartier Mermoz se poursuit, ce dont nous nous réjouissons bien évidemment. Après la requalification du débouché de l’A43 sur le quartier, la rénovation de l’avenue Jean Mermoz ‑au passage, qui va être recassée pour le tramway T6 ; c’est juste 6 M€ qui passent à la trappe‑, après la destruction de l’autopont alors que la requalification du quartier Mermoz nord touche à sa fin, il devenait en effet urgent de traverser l’avenue pour s’occuper de Mermoz sud. A en croire la délibération, les enjeux de cette ZAC consistent à ‑je cite‑ “poursuivre la mutation de l’entrée est, unifier Mermoz nord et sud autour de l’avenue Mermoz et constituer une véritable entrée de ville attractive et requalifiée”. Vaste programme s’il en est ! Pour autant, on reste un peu sur notre faim car, au-delà d’une entrée est requalifiée, les habitants du

Aides à la pierre : une mauvaise méthode

Aides à la pierre : une mauvaise méthode

    Monsieur le Président, la délibération sur la délégation des aides à la pierre 2015‑2020 que vous nous demandez d’approuver comporte deux volets : un premier sur les objectifs 2016‑2017, un deuxième sur le bilan 2015. Je m’arrêterai tout d’abord sur le bilan 2015 en ne retenant qu’un chiffre ‑qui a déjà été soulevé d’ailleurs‑, la part de la production de logements conventionnés portée par le secteur centre, 55 % de la production, est largement supérieure aux objectifs initiaux. Ce pourrait paraître anecdotique, ce ne l’est pas quand on sait que, dans ce secteur centre, plus de la moitié des logements sont construits à Villeurbanne et dans les septième, huitième et neuvième arrondissements, donc dans des zones où le taux de logements conventionnés est déjà supérieur, voire parfois très supérieur au taux SRU de 25 %. Vous nous parlez de rééquilibrer la Métropole et vous renforcez encore la part du logement social dans des secteurs pourvus. Un