Intervention de Georges FENECH sur le déclassement des autoroutes A6/A7

Intervention de Georges FENECH sur le déclassement des autoroutes A6/A7

Merci, monsieur le Président. Je suis heureux de vous entendre nous assurer que vous pensez nos déplacements de manière globale sans privilégier quelques Communes au détriment des autres. Je n’oublie pas ici, monsieur le Président, que je suis aussi le Député de la 11ème circonscription du Rhône, c’est-à-dire la pointe sud directement impactée par tous les contournements lyonnais routiers, autoroutiers et ferroviaires, dont il me revient d’être le porte-voix, si vous le permettez, puisque manifestement ils n’ont pas encore eu droit au chapitre. 11 En remarque préliminaire, je voudrais d’ailleurs vous faire part d’un triple regret : regret de l’absence d’une réelle vision d’ensemble des transports à long terme dans nos territoires ; vous avez cité, à juste titre, le contre-exemple de la Ville de Los Angeles qui doit nous inspirer pour l’avenir. Regret de l’absence de réelle concertation entre les grandes collectivités locales que sont la Métropole, le Département

Intervention de Michel FORISSIER sur le déclassement des autoroutes A6/A7

Intervention de Michel FORISSIER sur le déclassement des autoroutes A6/A7

Merci, monsieur le Président. Monsieur le Président, mes chers collègues, je voudrais apporter quelques éléments au débat avec non l’esprit du groupe ni plus l’esprit local du Maire d’une Commune mais avec le parcours effectué dans cette agglomération. A mon arrivée, je me suis retrouvé devant la problématique du grand débat, la commission particulière du débat public sur les grands contournements. Il est vrai -et c’est ce qui a justifié mon intérêt pour le Syndicat d’études et de programmation de l’agglomération lyonnaise (SEPAL)- qu’effectivement on se rend compte, en étudiant le dossier, que le périmètre de l’intérêt général ce n’est pas le périmètre de sa Commune ni même de l’agglomération, c’est bien plus large que cela. Aujourd’hui, je pense que décréter le déclassement d’une voie autoroutière en nationale risque de ne pas changer grand-chose si nous ne sommes pas en mesure de mettre en place les solutions d’acheminement des flux

Intervention de François-Noël BUFFET sur le déclassement des autoroutes A6/A7

Intervention de François-Noël BUFFET sur le déclassement des autoroutes A6/A7

Dans ce dossier qui est un dossier de longue haleine et dont tout le monde sait qu’il est assez difficile, c’est finalement à la faveur du déclassement de l’autoroute A6-A7 que vous avez lancé que nous finissons par discuter des grands objectifs de contournement de cette Métropole. Si, sur le principe, nous sommes d’accord -en tout cas à titre personnel mais le groupe également – sur les grands enjeux et la façon de faire, reste malgré tout, dans la manière de faire et dans les délais dans lesquels nous allons nous inscrire, à avoir un calendrier un peu plus précis car il est bien évident que notre interrogation porte sur le fait qu’il faut gérer les reports de flux après le déclassement de l’autoroute A6-A7. L’autoroute A6-A7 c’est 110 000 véhicules par jour, soit finalement que 10 % du trafic national ou international. Nous le savons tous, cela reste majoritairement

Intervention d’Agnès GARDON-CHEMAIN sur le déclassement des autoroutes A6/A7

Intervention d’Agnès GARDON-CHEMAIN sur le déclassement des autoroutes A6/A7

Merci, monsieur le Président. Nous avons eu beaucoup de nouveaux éléments pendant cette présentation, même si nous avions déjà reçu un Powerpoint. Nos interventions vont donc certainement un peu se recouper et avoir parfois besoin d’être adaptées. Vous comprendrez que je parle plus au nom du périmètre de l’ouest de Lyon dans cette intervention. Dès l’annonce du déclassement, notre groupe a manifesté son soutien et demandé des éclaircissements sur les infrastructures nécessaires à sa bonne mise en place dans l’intérêt de tous les territoires et habitants. Je souhaiterais évoquer plus particulièrement la partie ouest de l’agglomération et vos choix en matière de transports en commun. La première des phases des travaux devait se faire d’ici 2020 et vous commencez par Confluence, concomitamment aux travaux de la gare de Perrache. Vous citez une avancée parallèle des transports en commun et des voiries avec l’Anneau des sciences qui devrait, lui, plutôt aboutir

Intervention de Gilles GASCON sur le déclassement des autoroutes A6/A7

Intervention de Gilles GASCON sur le déclassement des autoroutes A6/A7

Merci, monsieur le Président. Mes chers collègues, j’ai envie de dire enfin, tout le monde prend conscience des difficultés que cela va engendrer dans le secteur de l’est lyonnais. Ce déclasse- ment est en marche. La seule chose, je crois que malheureusement les présentations qui ont été faites depuis ces derniers temps ne vont pas répondre à la problématique du report de trafic que nous allons avoir sur l’A46. Vous l’avez dit vous-même, monsieur le Président, ce sont des murs de camions qui sont sur notre rocade et le report de trafic qui va venir se rajouter à ces murs de camions va poser d’énormes soucis, sans parler des enjeux environnementaux qui sont aussi en jeu dans ce secteur ; parce que -juste pour information et pour avoir rencontré le Préfet il y a quelques jours-, le petit shunt vers le nœud de Manissieux passe en pleine zone verte et

Hommage à Henry CHABERT

Hommage à Henry CHABERT

Merci, monsieur le Président. Chers collègues, il y a quelques jours effectivement, nous apprenions la disparition d’Henry Chabert avec tristesse bien sûr. Beaucoup ici sur ces bancs ont eu l’occasion de travailler avec lui pendant les plusieurs mandats où il a siégé parmi nous, dont deux dans l’Exécutif de cette assemblée. Quelles que soient nos sensibilités politiques, tous se souviennent de sa gentillesse, de l’attention qu’il portait à chacun, de son sens de l’écoute et surtout de son ouverture aux autres. Ce qui a caractérisé son action politique se résume, de mon point de vue, en deux points. Tout d’abord, l’homme, par son caractère, sa sensibilité, qui était étranger à tout sectarisme, qui portait la même attention à Lyon qu’à Vaulx en Velin ou Vénissieux, au chef d’entreprise qu’à l’ouvrier. Sa manière de faire de la politique était exigeante et respectueuse, avec une empathie naturelle qui mettait à l’aise tous

Une Métropole, pour quoi faire ?

Une Métropole, pour quoi faire ?

Monsieur le Président, je souhaite intervenir sur la vie de notre collectivité et je vous remercie de m’en laisser l’opportunité en début de ce Conseil. Ce qui m’amène à parler de la Métropole est un constat que nous avons fait à l’issue des nombreuses cérémonies de vœux auxquelles nous avons tous assisté et aussi de l’actualité politique, notamment en perspective des élections nationales à venir, en 2017. Chacun sait que la vie des collectivités n’est pas un long fleuve tranquille et que l’unité politique n’est pas toujours aisée à construire. Pour autant, il y a un devoir quand on gère une collectivité, c’est celui de respecter les citoyens dans la mise en œuvre des décisions pour lesquelles on s’est engagé en sollicitant leurs suffrages. A l’occasion de ces cérémonies de vœux, nous avons entendu de manière quasi unanime, dans les Communes des élus membres du groupe Synergies-Avenir, des critiques fortes

Déclassement des autoroutes A6/A7

Déclassement des autoroutes A6/A7

Monsieur le Président, mes chers collègues, pendant la Commission générale qui précédait ce Conseil, chaque territoire de la Métropole a été en mesure de faire entendre sa voix. Les élus Les Républicains Georges Fenech, Michel Forissier, François-Noël Buffet, Agnès Gardon-Chemain ou Gilles Gascon mais aussi les élus d’autres Communes ont pu vous faire part des interrogations que ce déclassement induisait sur leurs territoires. La Métropole doit également entendre la voix des élus des territoires limitrophes, du Rhône, de l’Ain ou de l’Isère, pour qui ce déclassement n’est pas sans conséquence. Le déclassement A6-A7 n’est pas aussi simple que ce que vous voulez bien nous faire croire et, à ce stade du dossier, les beaux visuels que vous avez pu présenter lors de la Commission générale tout à l’heure mais aussi au Conseil municipal de Lyon ou aux membres du groupe de travail infrastructures relèvent à nos yeux, pour partie, de

Budget Primitif 2017

Budget Primitif 2017

Monsieur le Président, monsieur le Vice-Président, chers collègues, le vote du budget primitif 2017 a une particularité, il est le deuxième budget “stabilisé” de la Métropole et donc le premier budget qui permet des comparaisons objectives de l’évolution de nos finances. Enfin, quand je dis “objectives” c’est sans compter sur votre capacité à utiliser des artifices pour tout de même présenter les chiffres sous une certaine lumière. 1° – Le premier artifice, c’est de faire des comparaisons du budget primitif 2016 avec le budget primitif 2017. Comme si, pendant l’année 2016, rien ne s’était passé et que vous n’aviez pas fait évoluer vos affichages pour masquer déjà que certains investissements n’avançaient pas aussi vite que prévu. Aussi tenter de faire bonne figure dans le taux de réalisation des investissements qui sera calculé sur la base du prochain compte administratif. Pour rappel, en 2015, il s’élevait seulement à 73,4 % et

Création d’un collège à Lyon 8e

Création d’un collège à Lyon 8e

Monsieur le Président, le 19 septembre dernier, alors que nous étions en période de rentrée scolaire et que certains collégiens pouvaient se trouver à l’étroit dans leurs établissements, vous aviez opportunément soumis à notre assemblée le projet de création d’un collège modulaire dans le huitième arrondissement, sur un terrain propriété de la Ville de Lyon. Je ne reviendrai pas sur le tour de passe-passe qui consiste à utiliser un terrain destiné à être aménagé en espace vert pour y construire un collège, les Lyonnais commencent à vous connaître et les riverains apprécieront la fiabilité de vos promesses électorales. L’annonce de la création de ce collège s’accompagne une fois encore de visuels alléchants, nous commençons à être habitués. Vous nous vendez le recours au modulaire, mettant en avant deux avantages : la vitesse et le coût réduit. Pour le premier, la vitesse, on comprendra sans peine qu’alors même que vous promettez

Question orale : enlèvement des encombrants

Question orale : enlèvement des encombrants

Monsieur le Président, chers collègues, nous souhaitons vous interroger sur un sujet qui peut paraître anecdotique mais qui concerne en fait beaucoup de monde dans notre agglomération. Il s’agit, en effet, de la question du ramassage des encombrants. Certes, notre Métropole est équipée de déchèteries et il est assez facile de s’y rendre pour celles et ceux qui sont équipés de véhicule. Sans nous appesantir sur l’antinomie avec votre souhait d’éliminer la voiture de la ville -on vient encore de s’en rendre compte dans l’intervention précédente-, vous vous rendez certainement compte que tout le monde ne dispose pas forcément d’un véhicule et si certains arrivent à se faire aider par un voisin ou de la famille, ce n’est pas le cas de tous nos concitoyens et il n’apparaît pas non plus possible d’utiliser les transports en commun pour aller poser ses encombrants. (…) Oui, ce sont des soucis importants !