Programmation Pluriannuelle d’Investissement (PPI) 2015–2020

Programmation Pluriannuelle d’Investissement (PPI) 2015–2020

Monsieur le Président, Chers collègues Le vote de la programmation pluriannuelle d’investissement (PPI) pour les années 2015 – 2020 mérite une attention particulière, puisqu’il engage l’orientation des investissements sur le territoire et donc du développement des conditions de vie de nos concitoyens. Sur la présentation de votre PPI, je ferai cinq remarques majeures : La première sur l’absence de vision métropolitaine.Bien sûr le réflexe légitime des élus et particulièrement des maires devant une PPI intercommunale c’est de s’assurer que leurs choix ont bien été pris en compte et que les réalisations seront engagées pendant le mandat.Mais une liste de course, telle que présentée en annexe de la délibération, ne donne pas une vision de la construction de la Métropole. La PPI est un empilement de projets certes utiles et parfois nécessaires mais sans vision globale de développement. Nous conservons une logique intercommunale et non métropolitaine ce qui ne manque pas d’interroger

Budget supplémentaire 2015

Budget supplémentaire 2015

Monsieur le Président, chers collègues, Suite donc de l’épisode précèdent, après le Compte Administratif 2014, le Budget Supplémentaire (BS) 2015. Et la réalité de la Métropole nous rattrape. Nous avons vu la semaine dernière qu’il n’y avait pas eu d’économies de fonctionnement ni de recherche de mutualisation réalisées ces 2 dernières années pour préparer la construction de la Métropole et anticiper les difficultés à venir malgré une gestion « remarquable » comme vous aimez à la présenter. Lors de la présentation du Budget Primitif (BP) 2015 en janvier dernier nous avions souligné son imprécision et le fait que beaucoup de dépenses étaient sans doute sous-estimées. J’avais alors évoqué une certaine insincérité. Ce Budget Supplémentaire (BS) vient confirmer nos craintes. Découvrir la présentation PDF du Budget Supplémentaire 2015 Je le résume en 4 chiffres : Des dépenses de fonctionnement en hausse de 122M€ / Budget Primitif 2015 Et des recettes en hausse de 29M€ qui

Subvention aux associations pour l’insertion par l’activité économique

Subvention aux associations pour l’insertion par l’activité économique

Monsieur le Président, chers collègues, Mon explication de vote porte sur le rapport 439 et plus particulièrement les deux subventions : Université populaire Quart Monde et Mission régionale d’information sur l’exclusion. Non pas que ces demandes de subventions nous posent une question d’opportunité, mais sur le principe même de l’étude des subventions par la commission Développement économique. Ces demandes nous ont été soumises sans présentation détaillée de leur objet et sans budget global. Nous avons demandé en commission que ces demandes soient désolidarisées du rapport et représentées lors d’une prochaine commission avec l’ensemble des éléments utiles à l’analyse par les élus. Comme à son habitude le président de la commission, Bruno LEBUHOTEL, a traité notre demande avec dédain dans une formule d’ailleurs malheureuse : « on ne défait pas ce que les services ont fait », ce qui donne à comprendre sa manière de penser la place de la décision politique. La conseillère déléguée, Fouziya

Subvention Centre Jacques Cartier

Subvention Centre Jacques Cartier

Monsieur le Président, chers collègues, Les entretiens Jacques CARTIER ont connu des situations difficiles tant sur le plan financier que dans son organisation. Lors du vote de la subvention 2014 nous avions pointé du doigt l’absence de réponse aux critiques émise en juin 2012 par la Chambre régionale des comptes et notre groupe s’était abstenu. Nous constatons aujourd’hui que des décisions ont été prises pour améliorer la gestion administrative et le contrôle financier. Soucieux du développement de la connaissance et des échanges universitaires, nous approuverons cette subvention mais serons attentifs à sa bonne utilisation et vous demandons de bien vouloir d’ores et déjà prévoir d’établir fin 2015-début 2016 un bilan circonstancié de ces 28e entretiens, une fois qu’ils seront achevés.

Chauffage urbain

Chauffage urbain

Monsieur le Président,  chers collègues, Le service de chaud et froid urbains est un service public géré par la société Elvya, filiale de DALKIA, par une convention de gestion provisoire qui a été nécessaire pour assurer la continuité du service public alors que la DSP initiale a été annulée par le Tribunal Administratif et que la procédure de renouvellement a aussi été annulée. Jamais un dossier n’a connu autant de rebondissements juridiques, allant jusqu’au conseil d’Etat … Et cela fait plus de 10 ans que cela perdure. Aujourd’hui nous nous engageons dans le énième épisode du feuilleton du chauffage urbain ! La nouvelle DSP qui est lancée concerne partiellement les communes de Lyon, Villeurbanne, Bron, Vaulx-en-Velin et Vénissieux. Nous noterons que l’extension sur la Croix-Rousse a été abandonnée pour des contraintes techniques. Nous nous interrogeons aussi sur la situation de la commune de Vénissieux. Pouvez-vous nous indiquer pourquoi l’infrastructure de cette

Renouvellement urbain, mais pas que…

Renouvellement urbain, mais pas que…

Merci, monsieur le Président. Mes chers collègues, le sujet que nous abordons à présent dépasse les clivages politiques et part du principe, cher au Président Jacques Chirac, qu’une fracture sociale s’est creusée dans notre pays ; cette fracture empêchait ce que le Président appelait la mobilité sociale.   Vingt ans après, ce discours n’a pas pris une ride. La difficulté de toute mobilité sociale en France est matérialisée physiquement par ce que l’on nomme les quartiers populaires, cités de béton au visage souvent inhumain. Monsieur Jean-Louis Borloo avait bien compris la nature de l’effort à accomplir ; il fallait casser cette logique de quartiers-dortoirs, briser les ghettos. La solution passait par l’habitat. C’est ce qu’on a appelé le renouvellement urbain. Cette logique est coûteuse et lente, elle ne produit d’effet que petit à petit. C’est donc tout le contraire de la politique moderne, faite de petites phrases et de buzz.