Quelle politique de restauration scolaire dans les collèges ?

Quelle politique de restauration scolaire dans les collèges ?

Monsieur le Président, Madame la Vice-Présidente, mes chers collègues, le rapport sur lequel vous nous proposez de délibérer est évidemment lié au transfert de compétences du Département et porte sur un point qui mérite plus qu’un simple vote de subvention. En effet, des collégiens de la Métropole doivent tous les midis prendre leur repas ailleurs que dans leur établissement. Cette restauration se fait soit dans d’autres collèges, soit dans les lycées voisins et la Métropole reproduit une pratique du Département visant à financer, pour des sommes parfois importantes, allant jusqu’à 40 000 € pour le collège Maria Casarès de Rillieux la Pape, des déplacements quotidiens d’élèves ayant entre 11 et 15 ans issus de zones urbaines et souvent de quartiers populaires. Monsieur le Président, madame la Vice-Présidente, l’ambition de la Métropole -en tout cas c’est ce qu’il nous semble comprendre à travers vos déclarations médiatiques- est d’être un pôle d’attractivité européen,

Quel avenir pour l’Agence d’urbanisme ?

Quel avenir pour l’Agence d’urbanisme ?

Monsieur le Président, chers collègues, simplement quelques observations à l’occasion de cette délibération. Il n’est pas question de remettre en cause que la subvention accordée à l’Agence d’urbanisme soit un peu en baisse puisqu’elle participe à l’effort général. La question n’est pas celle-ci. En revanche, la Communauté urbaine est tout de même le premier bailleur de fonds de l’Agence d’urbanisme puisque sa participation est considérable et que nous savons que 84 % du coût de l’Agence d’urbanisme, c’est la masse salariale. J’ai posé la question à la commission sur le devenir de l’Agence, non pas dans son existence même mais à l’égard de l’ensemble de ses salariés et tout particulièrement dans le contexte actuel de révision du PLU-H et d’autres enjeux. Je voudrais simplement, à l’occasion de ce débat, peut-être poser la question collectivement sur l’avenir de l’Agence d’urbanisme. Je parle plus sur le plan structurel et de sa composition.

ZAC de la Fraternité (Décines-Charpieu) : le commerce en difficulté

ZAC de la Fraternité (Décines-Charpieu) : le commerce en difficulté

Monsieur le Président, chers collègues, effectivement, la ZAC de la Fraternité avait pour objectif de développer une nouvelle centralité sur la commune de Décines Charpieu à proximité de l’arrivée du tram et autour d’un programme de près de 400 logements. Il s’agissait de favoriser le développement de commerces de proximité. Le transfert de l’enseigne Intermarché devait également favoriser l’attractivité d’autres enseignes. Si le projet paraissait intéressant, il présentait cependant de nombreux points d’imperfections que j’évoquais déjà en 2008, alors Président du groupe UMP et apparentés au Conseil municipal de Décines. Malheureusement, j’avais vu juste puisque ces problèmes se confirment et qu’il apparaît que cette ZAC ne répond pas aux attentes en matière d’offre commerciale. Tout d’abord, une zone commerciale posée au milieu de nulle part avec la proximité de l’arrivée du tram ne pouvait se définir à elle seule comme une nouvelle zone de centralité. La mairie, la poste, le centre

Immeubles menaçant ruine : un pouvoir de police flou et à géométrie variable

Immeubles menaçant ruine : un pouvoir de police flou et à géométrie variable

Monsieur le Président, mes chers collègues, ce dossier est la suite attendue du rapport 2014‑0528 présenté au Conseil du 15 décembre 2014 qui avait traité le cas de la seule ville de Lyon et laissé sur le chemin les autres Communes. Jean-Paul Bret l’avait fait remarquer en indiquant dans son intervention : “Il n’y a pas qu’à Lyon, malheureusement, qu’il y a des immeubles menaçant ruine”. De plus, ce dossier a été présenté en séance du Conseil à l’ordre du jour supplémentaire et alors même que la commission Métropole n’avait pas finalisé son étude débutée lors de la séance du 27 novembre 2014. Pour ces raisons et en absence d’éléments d’information sur les propositions pour les autres Communes, notre groupe avait choisi de s’abstenir. La convention qui nous est proposée aujourd’hui est, à quelques différences de rédaction pour compléter ou amender certains éléments plutôt techniques d’ailleurs, conforme à la convention

Quelle politique métropolitaine en faveur du monde associatif ?

Quelle politique métropolitaine en faveur du monde associatif ?

Monsieur le Président, mesdames et messieurs, mes chers collègues, tout d’abord, le groupe UMP votera cette délibération avec enthousiasme. Je profite de ce rapport pour vous interpeller, monsieur le Président, sur la politique métropolitaine à construire en faveur du monde associatif. En effet, à la lecture des différents projets de délibérations, j’avais décidé d’intervenir ce jour et je me réjouis de savoir que le groupe Synergies-Avenir soit sensible au même questionnement que notre groupe ainsi que de nombreux élus des différents groupes de cette assemblée. Je crois savoir que vous avez été interpellé lors des commissions développement économique, numérique, insertion et emploi et développement solidaire et action sociale sur la question de la ligne politique décidée par la Métropole en matière d’aide à la vie associative. Ancien Vice-Président du Conseil général titulaire de cette délégation, je ne peux m’empêcher d’établir un parallèle entre le fonctionnement de ces deux collectivités. Nous,

Échangeur n°7 sur la RN 346 : toujours plus !

Échangeur n°7 sur la RN 346 : toujours plus !

Monsieur le Président, mes chers collègues, voilà encore un dossier de demande d’individualisation complémentaire d’autorisation de programme comme nous en connaissons maintenant à chaque Conseil. Celui-ci porte sur le Grand stade de Décines-Charpieu et ce n’est pas pour un petit montant : 769 488 € TTC, c’est important de le préciser. Chacun connaît ici maintenant votre pratique de sous-évaluer les projets un peu difficiles pour qu’ils soient plus facilement votés et acceptés pour ensuite solliciter des avenants. Car comment les refuser quand les travaux sont entamés, au risque pour chacun ici de voir un projet ne pas aboutir et d’être à l’origine d’un gaspillage d’argent public ? Ce qui fait aussi votre marque politique c’est qu’à chaque fois, vous trouvez à justifier l’avenant en vous défaussant sur les autres. Aujourd’hui, c’est sur l’Etat que vous faites porter la responsabilité. Les services de la Préfecture se seraient trompés dans la convention

Forum mondial des sciences de la vie Biovision, des efforts de transparence

Forum mondial des sciences de la vie Biovision, des efforts de transparence

Chers collègues, juste une courte explication de vote sur cette délibération. Notre groupe, bien sûr, ne peut que soutenir un projet permettant le rayonnement de la Métropole, la recherche médicale et, par conséquent, la création d’emplois. Toutefois, nous émettons quelques réserves sur le budget de cet événement. En effet, la masse salariale pour la structure et les frais de communication représentent à eux seuls près de 73 % du montant de la subvention, respectivement 582 000 € et 317 000 €, pour un total de 1,230 M€. Dit comme cela, ce ne sont que des masses, certes, mais si l’on considère le salaire moyen 2015 en France, dans les secteurs publics et privés, c’est-à-dire 2 157 € brut par mois, les frais de personnel représentent l’emploi de plus de 22 personnes pour un événement de deux jours et de 993 participants seulement. De toute évidence, les frais de structure sont

Quel devenir pour le projet Bioparc Lyon Est Santé ?

Quel devenir pour le projet Bioparc Lyon Est Santé ?

Monsieur le Président, mes chers collègues, avec le premier centre clinique en France d’hadronthérapie pour l’innovation thérapeutique contre le cancer, le projet Etoile constituait le fer de lance, la tête de gondole du projet Lyon Est santé -appellation 2014 “Notre projet pour Lyon”– ou Bioparc -appellation 2008 “Aimer Lyon”-. C’était en effet une de vos promesses de campagne en 2014 mais déjà en 2008. Monsieur le Vice-Président Kimelfeld a détaillé en commission ses regrets et son impuissance face à cet abandon. Nous partageons ses regrets et lui laissons l’impuissance. Au-delà, cet abandon appelle de notre part une question, question partagée avec les habitants du huitième arrondissement mais aussi ceux du troisième ou ceux de Bron, auxquels vous aviez fait miroiter activités économiques, emplois qualifiés et quartiers transformés. Que va-t-il aujourd’hui advenir de ce tènement rétrocédé à la SERL ? Et, au-delà, n’est-ce pas l’ensemble du projet Bioparc Lyon Est santé

Quel rôle pour le pôle métropolitain ?

Quel rôle pour le pôle métropolitain ?

Chers collègues, nous voterons cette modification statutaire technique qui illustre la grande complexité de notre organisation territoriale. Nous la voterons mais, à l’occasion de cette délibération, nous, élus du groupe UMP et apparentés, alertons sur l’émergence de nouveaux doublons entre l’action du Pôle métropolitain et celle d’autres collectivités territoriales. Depuis quelques mois, vous ne cessez d’annoncer -et vous avez raison sur ce point- les conséquences douloureuses qu’aura la baisse drastique des dotations de l’Etat : – 73 M€ pour la Métropole en 2015. La loi NOTRe, en cours d’examen au Parlement, est censée simplifier les choses en répartissant clairement les rôles des collectivités pour une action publique moins coûteuse. On verra quel sera le résultat à l’issue du capharnaüm de cette réforme territoriale socialiste. Il reste que, dans ce contexte, l’heure n’est certainement pas à la création de nouveaux doublons. C’est pourtant ce que vous tentez de faire avec certains

Dialogue social… rappel au règlement

Dialogue social… rappel au règlement

Monsieur le Président, je ne pensais pas intervenir sur ce sujet avec la traduction en direct de la qualité du dialogue social tel qu’il vient d’être exprimé ! Alors permettez-moi, monsieur le Président, mes chers collègues, de revenir sur notre dernière séance de Conseil métropolitain qui a été perturbée par un incident de séance provoqué par madame Anne Brugnera, Conseillère déléguée, membre de la Commission permanente et Présidente du groupe Socialiste et apparentés. Alors qu’elle intervenait pour son groupe, elle a tenté une joute politique en évoquant une supposée attitude de “fonctionnaires bashing” de la part de notre groupe UMP, divers droite (DVD) et apparentés. Ce qui est en train de se passer, apparemment, est totalement différent. Madame Brugnera nous avait déjà fait beaucoup rire avec sa méconnaissance de la géographie locale, en évoquant les réseaux d’assainissement puis avec ses difficultés de calculs en tentant de justifier une erreur d’inscription

Augmentation du coût de l’aménagement urbain de la ZAC Gratte-Ciel Nord

Augmentation du coût de l’aménagement urbain de la ZAC Gratte-Ciel Nord

Monsieur le Président, mes chers collègues, nous avons bien pris note, dans la délibération qui nous est présentée aujourd’hui, de votre volonté d’augmenter l’autorisation de programme globale P06 – Aménagement urbain pour l’opération de la ZAC Gratte-Ciel Nord d’un montant de 3 M€ et donc de la porter à 38,42 M€ TTC en dépenses. Loin de remettre en cause une opération que les Villeurbannaises et Villeurbannais attendent depuis de très, voire trop nombreuses années puisqu’elle a été envisagée dès la sortie de la seconde guerre mondiale, cette modification d’autorisation de programme pour finaliser les acquisitions foncières dans le cadre de la procédure d’expropriation nous a toutefois interrogés sur quelques points. J’ai donc questionné, au nom de notre groupe, le Président de la commission urbanisme, habitat, logement et politique de la ville, par courriel du 11 mars 2015. A ce jour, aucune réponse n’a été apportée au groupe UMP, divers droite