Baisse des soutiens aux associations de commerçants

Baisse des soutiens aux associations de commerçants

Merci, monsieur le Président. Nous ne remettons pas évidemment en cause la subvention au profit des cinq structures qui portent  votre politique de management de centre-ville, nous voterons d’ailleurs cette délibération, mais je veux simplement profiter de ce dossier pour avoir, de votre part, quelques éclairages. Cette subvention s’insère dans les budgets prévisionnels de ces structures au même titre que d’autres recettes comme notamment le fonds d’intervention pour la sauvegarde de l’artisanat et du commerce, le FISAC. Ce dispositif, que nous avons toujours soutenu, est très utile pour accompagner financièrement des projets de maintien et de développement d’une offre commerciale et artisanale en centre-ville. Il a été d’ailleurs régulièrement utilisé à Lyon et je sais que d’autres dossiers FISAC sont en cours à Lyon et dans notre agglomération. Pourtant, deux éléments peuvent perturber ces projets. Le premier, c’est que, dans le cadre de la loi du 18 juin 2014 –donc

Pont Schuman : dépassement budgétaire

Pont Schuman : dépassement budgétaire

Excusez-moi de dépasser le temps de parole et, pour respecter l’équilibre, nous retirerons d’autres temps de parole sur d’autres interventions. Je vais rapidement compléter l’intervention de monsieur Hamelin pour dire qu’en commission, ce rapport a failli ne pas être voté, pour des aspects financiers essentiellement, à savoir qu’aujourd’hui, ce n’est pas la première fois que vous nous présentez des rapports techniques de dépassement budgétaire sur des grosses opérations d’investissement et d’aménagement urbain dans l’agglomération -je citerai le réaménagement du tunnel de la Croix-Rousse, le percement du tunnel modes doux, les passerelles- qui ont toutes donné lieu à des dépassements importants pour des soi-disant aléas. Moi, je veux bien mais il y a des choses qu’on ne voit que dans le public et qu’on ne voit pas dans le privé, contrairement à ce qui a été dit par le collègue Vesco. Jamais, dans le privé, on n’accepterait des dépassements de cet

Usine d’incinération des ordures ménagères de Lyon-Nord

Usine d’incinération des ordures ménagères de Lyon-Nord

Monsieur le Président et chers collègues, nous sommes un peu surpris d’apprendre, par le biais de  ce rapport, que le Grand Lyon a saisi la direction régionale des finances publiques pour qu’elle procède à l’analyse économique et financière de ce contrat et ainsi déterminer si celui-ci pouvait  être maintenu à son terme ou non. Pour quelle raison de fond vous posez-vous des questions sur cette délégation de service public (DSP) aujourd’hui? Alors, vous allez nous dire que celle-ci était trop longue sans doute. Je vous rappelle tout de même que l’on a voté dans cette enceinte, l’année dernière ou il y a deux ans, une DSP pour le chauffage et le froid urbains de Lyon, Villeurbanne et Bron qui était très longue aussi. Tout ceci ne nous donne pas la finalité de cette demande auprès de la direction régionale des finances publiques qui a donc, par ailleurs, estimé qu’il fallait aller au bout

Pont Schuman : son achèvement ne le rend pas plus cohérent

Pont Schuman : son achèvement ne le rend pas plus cohérent

Nous serons deux à intervenir sur ce dossier. Je laisserai la parole, à la fin de mon intervention, à mon collègue Gaël Petit. Je vais présenter aujourd’hui cette intervention sur un dossier sur lequel nous nous sommes déjà opposés à de nombreuses reprises. Et notre position n’était pas tant sur le projet d’un pont mais plutôt sur la façon dont vous l’avez mené. D’abord, sur le choix de son emplacement : à 700 mètres du pont Clemenceau et six kilomètres du pont de Collonges, on ne peut pas dire qu’il soit dans l’équilibre. D’autres solutions avaient été envisagées mais vous ne les avez pas retenues et vous portez maintenant la responsabilité de ce choix. Ensuite, vous avez choisi un emplacement qui met le pont non pas en face d’une avenue ni même d’une rue mais en face d’un immeuble sur la partie du quatrième arrondissement de Lyon ; c’est suffisamment

Requalification urbaine du quartier du Mathiolan-Peyssillieu

Requalification urbaine du quartier du Mathiolan-Peyssillieu

Monsieur le Président, chers collègues,  la  convention  de  maîtrise  d’ouvrage  unique  qui  est présentée dans ce rapport est l’aboutissement d’un long travail partenarial qui a permis la rénovation urbaine du quartier du Mathiolan. On peut, certes, regretter le retard pris dans les opérations conduites par le Grand Lyon. Les nouveaux habitants et les commerçants de l’immeuble construit par Marignan ont tout de même eu les pieds dans la boue pendant plus de deux ans. Mais cette convention montre la capacité que peuvent avoir les  collectivités  locales  (Villes,  Grand  Lyon,  Région)  et  les bailleurs  à  mener  une  opération  de  renouvellement  urbain sans l’aide de l’Etat. Sans l’aide de l’Etat car, dans ce projet du Mathiolan, il n’y a pas eu de démolition, méthode incontournable du renouvellement urbain pour bénéficier du financement du dispositif ANRU.  Sans  démolition,  le  renouvellement  s’est donc concentré sur la diversification de l’offre d’habitat grâce à la construction

Pour une compétence “balmes” au Grand Lyon

Pour une compétence “balmes” au Grand Lyon

Monsieur le Président, chers collègues, à l’occasion de ce rapport sur une subvention au BRGM, je me permets de revenir sur un sujet pour lequel je vous avais déjà interpellé à plusieurs reprises. Les événements liés à des glissements de terrain sur les zones de balmes de l’agglomération se sont multipliés ces dernières années. Ils  ont  touché  plusieurs  communes :  Saint  Foy  lès Lyon, La Mulatière, Lyon5° lors du dernier mandat, mettant en évidence chaque fois les risques potentiels pour les personnes et les gênes provoquées sur les voiries et pour les déplacements des habitants. Ces événements laissent les Communes seules face à des problèmes techniques, juridiques et financiers qui peuvent être particulièrement lourds à gérer et à supporter. Nous délibérons ce soir sur une subvention au BRGM qui travaille sur la cartographie des risques naturels et qui nous montre à ce jour 44 communes du Grand Lyon qui sont

Pour un développement urbain maîtrisé

Pour un développement urbain maîtrisé

  Nous avions prévu de retirer notre intervention mais, suite aux propos du représentant du groupe Socialiste et apparentés, il y a tout de même deux ou trois sujets qui sont importants. Il vous a échappé, cher monsieur, qu’un certain nombre de candidats ont été battus à l’occasion des élections municipales, notamment sur les notions de densification. Vous venez d’affirmer devant cet auditoire que la densification restait pour vous un des objectifs prioritaires. Il faut que tout le monde entende ce message tel que vous venez de l’évoquer. Nous nous réjouissons bien sûr de l’arrivée de ce 75° congrès HLM de Lyon mais, à l’occasion du futur PLU-H, sachez que nous serons très vigilants. Bien sûr, il faut que cette agglomération se développe mais en respectant les territoires et certainement pas en voulant densifier encore un certain nombre de secteurs qui sont déjà bien pourvus. Nous voterons bien sûr pour ce rapport. Je vous remercie.

Loi Alur : une catastrophe annoncée

Loi Alur : une catastrophe annoncée

Monsieur le Président,  mesdames et messieurs, mes chers collègues, à l’occasion de ce rapport que nous voterons, nous allons intervenir à deux voix : tout d’abord, j’interviendrai en matière générale d’urbanisme et mon collègue Guy  Barret  interviendra  plus  spécifiquement  sur  le dossier. Je voudrais, au nom du groupe UMP, vous parler encore une fois du sujet qui pose problème à notre sens, la fameuse loi Alur. En février dernier, je m’étais ému, dans un courrier envoyé à madame Duflot, alors Ministre de l’égalité des territoires et du logement, de son manque total de respect et de reconnaissance pour ces mêmes territoires. En effet, peut-on considérer que la Ville de Paris, les côtes de Normandie, les montagnes de Savoie ou bien encore les Villes et agglomérations de Marseille, Bordeaux ou Lyon présentent les mêmes problématiques en matière d’urbanisme ? Dans un même courrier, je dénonçais le désaveu que madame Duflot prononçait

Fusion de Porte des Alpes Habitat et Villeurbanne Est Habitat

Fusion de Porte des Alpes Habitat et Villeurbanne Est Habitat

Monsieur le Président, mesdames et messieurs, comme cela a été dit par le rapporteur, la fusion entre les OPH Porte des Alpes Habitat (PAH) et Villeurbanne Est Habitat est effective depuis le 1er janvier 2014. Le transfert de ces trois conventions passées par les précédentes structures d’OPH va donc bien évidemment de soi. Il s’agit d’une régularisation normale et le groupe dont je suis le porte-parole pour cette délibération votera favorablement. Permettez-moi néanmoins de profiter de cette intervention pour former deux vœux. Tout d’abord, j’attire votre attention, l’attention de mes collègues, sur l’état général du parc locatif précédemment géré par l’OPH PAH à Saint Priest. Que l’on parle des parties privées, des parties communes ou des espaces qui devraient être verts, les locataires, à juste titre, se plaignent en très grand nombre de leur état. Ils sont nombreux à considérer avoir été, dans une certaine mesure, abandonnés ou en tout cas l’avoir ressenti comme tel. Je forme donc le vœu que la nouvelle structure

Oui aux logements dans le futur quartier Part-Dieu

Oui aux logements dans le futur quartier Part-Dieu

Alors justement, sur ce sujet, si vous pensez que les problèmes de la place du Pont sont dus uniquement au CLIP, je pense que votre diagnostic est erroné et qu’on n’est pas prêt de trouver les solutions au problème. Voilà ce que je peux répondre à votre deuxième remarque. Sur la Part-Dieu et la délibération qui nous est soumise ici, effectivement, vous nous demandez d’enclencher le processus d’acquisition de deux tènements, notamment le tènement France Télévisions. Je ne vais pas reprendre mon argumentation du dernier Conseil sur la vision sélective que nous avons du projet Part-Dieu, simplement vous dire qu’en cohérence avec cette intervention, le groupe des élus UMP, divers droite va s’abstenir sur cette délibération, une abstention qui n’est pas liée au manque d’idées sur ce sujet mais parce que l’utilisation que vous allez faire de ce tènement est double et qu’il y en a une qui a notre soutien, notamment en termes de logements et que l’autre, en termes de voirie, par contre,

Logement étudiant : un grave déficit

Logement étudiant : un grave déficit

Monsieur le Président, mes chers collègues, Au travers de cette délibération, vous nous demandez de voter une subvention de 20 000 € à l’association Fondation des étudiants pour la Ville. Le groupe UMP, divers droite et  apparentés votera cette subvention. Nous tenons toutefois à attirer votre attention sur la problématique du logement social étudiant. Cette association a un but très louable, celui de permettre la colocation étudiante en contrepartie d’actions sociales locales. Cependant, notre groupe ne peut que s’émouvoir de la baisse du budget accordé par le Gouvernement socialiste de monsieur François Hollande au CROUS, délégataire de la politique sociale étudiante : – 6,8 M€ en 2013. L’offre du logement CROUS en France ne répond qu’à 9 % des demandes, de l’avis même de madame Fioraso, Secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur. Ce ne sont pas non plus les 43 000 logements étudiants programmés pour toute la France d’ici 2017 qui régleront cette problématique. Espérons juste pour les étudiants que ces 43 000 logements

Locaux des groupes politiques

Locaux des groupes politiques

Mesdames et messieurs et chers collègues, ce rapport est l’occasion pour moi et le groupe Union pour un mouvement populaire, divers  droite  et  apparentés  de  vous  rappeler,  monsieur le Président,  que  vous  vous  êtes  engagé,  dans  le  cadre  des travaux de réhabilitation de l’Hôtel de Communauté, à octroyer aux  différents  groupes  politiques,  et  notamment  au  nôtre, des conditions décentes afin que nous puissions fonctionner correctement. Monsieur le Président,  ces travaux qui sont conséquents par leur importance et leur montant, près de 3 M€ tant en investissement qu’en  fonctionnement,  doivent  vous  permettre  d’offrir  de meilleures  conditions  de  travail  aux  agents  métropolitains, et  notamment  à  la  direction  des  ressources  humaines  et  à la direction des finances, certes. Mais il est aussi l’occasion d’octroyer de nouveaux locaux aux membres de votre exécutif -je  cite-  “plus  adaptés  à  leurs  fonctions  en  véhiculant  une meilleure image de la Communauté urbaine de Lyon“, alors que vous

Rénovation du CLIP place Gabriel Péri

Rénovation du CLIP place Gabriel Péri

Monsieur le Président, il ne s’agit pas  que d’un petit dossier technique qui consiste à remplacer les  vitres d’un immeuble puisqu’il y en a pour un peu plus de 4 M€ ! Je voudrais dire que le groupe UMP, divers droite et apparentés  va voter cette délibération parce qu’en effet, il est plus que  nécessaire de rénover cet immeuble de la place Gabriel Péri pour  résoudre les problèmes de chutes d’éléments de cet immeuble,  pour sécuriser le site et je dirais pour “libérer” les habitants  occupant ces immeubles qui se trouvent aujourd’hui derrière  des filets, vous le savez, depuis quelques années, dispositif  qui  pénalise  également  l’activité  des  commerces  en  rez-de- chaussée. Cette rénovation va aussi permettre l’embellissement  du cadre urbain dans le secteur ; je vais y revenir juste après. Je  voudrais  d’abord  faire  trois  remarques  techniques  sur  la  délibération : la première, c’est que l’on peut s’étonner de l’écart

Quel avenir pour les différents organismes en charge du développement économique ?

Quel avenir pour les différents organismes en charge du développement économique ?

Monsieur le Président,  mes chers collègues, la pédagogie passe par la répétition ; je vais être très succincte  mais c’est dans le même esprit que j’interviens. Dans le cadre du bouleversement institutionnel que notre pays  connaît avec la réorganisation des Régions et la mise en place  de la Métropole, aucune structure publique ou parapublique ne  doit être épargnée par ces réflexions. Nous interrogeons donc  bien sur le devenir des différents organismes en charge du  développement économique dont le nombre et la diversité nous  paraissent importants. Nous sommes, vous le savez, très attachés à la territorialisation,  dans ce domaine comme dans d’autres, mais cette profusion de  structures dépendantes de différentes collectivités ne nous paraît  pas être en adéquation avec l’objectif affiché de rationalisation,  d’optimisation des ressources ou de simplification. D’ailleurs, la  clarification de la répartition de la compétence du développement  économique, dont nous ne savons pas encore si elle dépendra de

Emploi : rationalisation et remise à plat s’imposent

Emploi : rationalisation et remise à plat s’imposent

Monsieur le Président,  mes chers collègues, cette délibération porte sur le dispositif Securise’Ra et consiste notamment à verser une subvention à l’association Sud-ouest emploi qui se définit comme étant un animateur de territoire et ingénieur d’actions liées à l’emploi. Si  le  groupe UMP,  divers  droite  et  apparentés  votera  cette délibération relative à Sud-ouest emploi, il nous semble utile d’appeler  de  nos  vœux  une  remise  à  plat,  à  l’occasion  de la  création  de  la  Métropole,  de  l’ensemble  des  subventions allouées aux diverses associations car si, bien entendu, dans ce cas précis, nul ne conteste que la bataille pour l’emploi doit être la priorité des pouvoirs publics, il faut bien admettre que l’on arrive à se perdre dans le dédale des associations et autres organismes  parapublics  qui  ont  tous  peu  ou  prou  le  même champ  d’action,  sans  compter  qu’aujourd’hui,  la  plupart  des communes, en tout cas celles d’une certaine taille, assurent elles

Action’Elles : bilan ?

Action’Elles : bilan ?

Monsieur le Président, mes chers collègues, nous voterons pour les rapports à venir mais nous souhaiterions quelques précisions concernant l’attribution de la subvention à l’association Action’Elles. Tout en réaffirmant notre soutien à l’entrepreneuriat local, nous aimerions connaître, au-delà des actions de communication, l’impact économique réel d’une telle subvention. Quels sont les critères d’attribution, les résultats chiffrés du nombre de créations d’entreprises et de personnes aidées en 2013 ? A-t-on élaboré une étude prospective pour anticiper les besoins spécifiques des femmes qui souhaitent créer leur entreprise? Permettez-nous de nous étonner du fait qu’une partie non négligeable du programme d’actions 2014 soit plus centré sur l’association elle-même que sur les personnes qu’elle est censée aider. On parle en effet beaucoup de communication avec le réseau, de labellisation. Et, pour finir, a-t-on une chance, un jour, que l’association s’auto-suffise et ne dépende pas aux deux tiers d’aides publiques comme c’est le cas aujourd’hui

ZAC Gratte-ciel Nord

ZAC Gratte-ciel Nord

Monsieur le Président, mes chers collègues, au travers de cette délibération, vous nous demandez de voter une individualisation complémentaire de programme relative à la ZAC Gratte-Ciel nord, anciennement Gratte-ciel centre-ville. Le groupe UMP, divers droite et apparentés votera cette individualisation de programme. Nous attirons cependant votre attention sur le peu de cas que vous faites de projets qui n’ont pas forcément la portée médiatique que vous recherchez. Alors que le projet de la ZAC Gratte-ciel nord a été porté par notre ancien collègue Henry Chabert lors des élections municipales de 2008 à Villeurbanne, et ce dans la droite lignée du projet initial du Docteur Lazare Goujon, votre majorité au Grand Lyon n’a daigné approuver le projet de ZAC qu’en février 2011. La consultation, elle, n’a été lancée qu’à partir de février 2013. L’aménageur, la SERL pour être plus précis, n’a été choisi qu’en janvier 2014. Déjà un mandat de perdu

Quand le gouvernement affaiblit le développement économique

Quand le gouvernement affaiblit le développement économique

Monsieur le Président, mes chers  collègues, ce rapport, bien entendu, recueillera l’approbation du  groupe UMP, divers droite et apparentés. Je tiens cependant à intervenir au nom de mon groupe pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour justifier pleinement les dépenses qui sont engagées étant donné qu’elles sont en lien avec le développement économique, le développement commercial et l’organisation économique de notre territoire. Parce que cela prouve qu’aujourd’hui, nous considérons les chambres de commerce et d’industrie à Lyon comme notre partenaire, qu’elle soit lyonnaise ou régionale évidemment, c’est essentiel. Cependant, je me dois aussi de dénoncer les baisses de dotations de l’Etat parce qu’effectivement, il y a des choix politiques à faire et, pour rembourser la dette de l’Etat, je crois qu’il faut d’abord financer le développement économique au lieu de l’handicaper. Et c’est là où on retrouve une contradiction parce qu’étouffer en quelque sorte les chambres de commerce -c’est l’industrie qui

Représentation de la commune d’Oullins au sein du conseil

Représentation de la commune d’Oullins au sein du conseil

Monsieur le Président, je voudrais d’abord dire que nous sommes très heureux d’accueillir la  Commune de Quincieux, quelles que soient les circonstances mais il faut bien reconnaître que, collectivement, que ce soit dans cette maison ou que ce soit à la Préfecture, il y a eu une absence, une méconnaissance en tous les cas : il n’a pas été relevé très précisément les conséquences de cette arrivée sur le plan de la composition de notre Conseil de Communauté, singulièrement en application d’un texte qui date du mois de mai 2013. Il est vrai qu’à la faveur de ce texte, il y a une possibilité. Il est parfaitement légal de recomposer le Conseil de Communauté et de permettre ainsi à ma Commune de pouvoir conserver sa représentation au sein du Grand Lyon. Je ne suis pas là pour “faire la manche”, je vais le dire très librement -le propos n’est sans

Logement de fonction : indispensable ?

Logement de fonction : indispensable ?

Là  encore, nous avons eu l’occasion d’attirer l’attention sur ce  rapport et, par conséquent, je ne serai pas long sur le sujet. Je veux simplement que, par cette intervention, notre groupe UMP, divers droite et apparentés montre sa très grande vigilance quant à l’octroi de certains avantages, notamment en nature. Le rapport présenté concerne l’octroi d’un logement de fonction pour nécessité absolue de service à un directeur général adjoint au développement économique, à l’emploi et au savoir et à un directeur général adjoint en charge du développement solidaire et de l’habitat. Ces attributions de logements se font en application de l’article 21 de la loi 90-1060 du 28 novembre 1990 modifiée relative à la fonction publique territoriale et du décret numéro 2012-752 du 9 mai 2012 portant réforme du régime des concessions de logements. Je me permettrai donc de rappeler qu’outre les dispositions mentionnées dans le rapport, ce décret précise