Retrouvez l’intervention d’Agnès GARDON CHEMAIN :

(seul le prononcé fait foi)

Cette délibération est l’occasion de mettre en valeur la qualité et le dynamisme de l’école centrale de Lyon et aussi du campus Lyon Ouest Ecully que consacre le vote d’une subvention de 3 millions d’euros sur trois ans afin de « rénover le campus de cette école » comme le fait aussi la Région Auvergne Rhône-Alpes. Un investissement majeur pour un campus situé en dehors de la ville centre, c’est manifestement que ce campus séduit toujours et que nous croyons en son développement futur. D’ailleurs de très prestigieuses écoles Françaises ont fait ce choix, comme Polytechnique, Centrales Paris ou encore HEC. Sans parler d’illustres campus anglo-saxons, comptant parmi les universités les mieux positionnées dans les classements internationaux. C’est effectivement un lieu adapté et pertinent pour développer des enseignements et des formations. Il accueille au total sur les différentes écoles plus de 10 000 Etudiants par an, de plus de 60 nationalités différentes, ce qui bénéficie au rayonnement de notre Métropole. Il est idéalement situé le long d’un espace naturel sensible, et accueille ainsi une faune et une flore tels que des écureuils, hérissons, pics verts et même renards… qui contribue à la qualité de vie des étudiants. Dans ce contexte deux interrogations restent encore sans réponse :
  • le départ de l’EM annoncé en janvier 2018 avec le soutien de la Métropole de Lyon pour densifier sa zone urbaine. Cela est fait donc passons à autre chose. Et justement Monsieur le Président, où en est cette nouvelle séquence ? Quelles actions la Métropole a-t-elle entrepris pour accompagner la CCI dans le remplacement de l’EM sur le CLOE ? Qu’elles sont vos propositions ?
  • Un autre point est la desserte en transport en commun. Le directeur de l’EM avait à l’époque apporté comme principale cause la mauvaise desserte en TC.
Combien de fois vous ai-je sensibilisée sur la liaison A4 prévue au SCOT. Le SYTRAL a délibéré récemment en faveur d’une amélioration de la desserte du campus. Il prévoit de détourner une ligne déjà très chargée, desservant le Haut Pérollier, quartier politique de la ville, et comptant pas moins de 9 arrêts entre le métro et le campus. C’est déjà une amélioration, mais ce n’est pas encore la ligne A4. Cette ligne verra-t-elle le jour ? Dans un nord-ouest lyonnais négligé en TC on ne peut que l’espérer encore et toujours. Monsieur le Président, pouvez-vous prendre des engagements fermes sur deux problématiques que nous relayons déjà depuis plusieurs années et pour lesquelles la Métropole tarde à agir ?
Campus Lyon Ouest