Gilles Gascon

Gilles GASCON
Maire de Saint-Priest
Conseiller métropolitain

Monsieur le Président et chers collègues, comme cela a pu être dit par mes collègues du groupe Union pour un mouvement populaire (UMP), divers droite
(DVD) et apparentés, nous voterons favorablement ce projet de délibération mais je souhaiterais faire quelques commentaires complémentaires.

S’il est bien de mener à terme ce projet d’Anneau des sciences, il a bien été précisé qu’il concerne essentiellement le trafic local dans notre Métropole. Or, puisque tout est interdépendant entre les grands projets de contournement de notre agglomération, qu’ils soient routiers, autoroutiers ou ferroviaires, il serait particulièrement dommageable pour l’agglomération de passer sous silence les graves questions liées au flux de circulation dans l’Est lyonnais.
Je me permettrais de rappeler ce que beaucoup d’entre nous savent déjà, que la périphérie “Est” de Lyon est à ce jour complètement saturée par les véhicules transitant par Lyon. Sur 110 000 véhicules par jour, près de 70 000 ne font que traverser et engorgent les voies de l’Est. Nous avons un grand nombre d’exemples, sur l’est, de réalisations, de décisions qui me semblent manquer d’une vision d’ensemble, d’une vision cohérente. Je prendrais quelques exemples simples.
Le nouveau Grand stade et je crois que madame le Maire de Décines-Charpieu ne me contredira pas, a-t-on réellement pris la mesure des répercussions en termes de trafic local des gênes occasionnées ? Je crois que nous avons tous la réponse. C’est non !
Autre exemple très factuel mais qui touche à la vie quotidienne des habitants : les décisions unilatérales de modification de fréquence de transports en commun, arrêtées récemment par le Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise (SYTRAL), sur la seule ligne forte de ma ville (la C25),
il a été décidé unilatéralement d’en baisser la fréquence. Quatre autres lignes sur ma commune vont également souffrir de ces baisses, voire connaître une suppression le samedi. Lorsqu’on a la volonté d’inciter nos habitants à prendre les transports en commun, faut-il prendre ce type de décisions ?
Ne sommes-nous pas en contradiction avec les enjeux fixés dans le plan climat énergie de la Métropole et signé par de nombreuses communes.

Autre exemple encore, la ligne de tramway T2 est bondée aux heures de pointe et un San-Priot met près de 45 minutes pour rejoindre Perrache. Parallèlement, pour rejoindre Jean Macé depuis la gare de Saint Priest, il faut 12 minutes. Le problème est l’absence d’un cadencement attractif alors qu’il existe là une source de transport propre au sein de l’agglomération. A ma connaissance, aucune action significative n’est menée sur l’utilisation de cette ligne de voie ferrée pour désengorger le trafic, alors que c’est une demande de la Ville de Saint Priest. Même si cela ne relève pas du seul pouvoir de la Métropole, il serait indispensable d’avoir une mobilisation de moyens et de financemenst publics pour améliorer la situation.

Autre exemple, quelles réflexions sont menées aujourd’hui, au sein de la Métropole, pour mettre en œuvre des liaisons transversales de transports en commun entre les différentes villes de l’est lyonnais ? La Métropole souhaite concentrer une grande partie de son développement tant économique que résidentiel
dans l’est lyonnais. Quel plan stratégique des déplacements souhaite-t-elle mettre en œuvre en concertation avec les communes, pour répondre aux enjeux du SCOT d’ici 2030 ? Quel calendrier de mise en œuvre de la ligne A8 ?

Mes chers collègues, l’Anneau des sciences nous est présenté comme un projet de l’agglomération, comme un projet intégré et global qui va apporter fiabilité et confort aux déplacements quotidiens des habitants. Oui, bien sûr, mais pas pour toute l’agglomération. Il est plus que jamais nécessaire que nous ayons enfin un vrai projet de transport dans l’Est lyonnais intégré et global, apportant fiabilité et confort. Les habitants de l’Est lyonnais y ont droit eux aussi. Je vous demande, monsieur le Président, concertation avec l’ensemble des élus de l’est lyonnais d’intégrer, en urgence, une réflexion globale sur une politique des déplacements prenant en compte la saturation actuelle des réseaux routiers, des liaisons de transports publics transversales inexistantes et d’une meilleure utilisation de la solution ferroviaire.

Merci.

Anneau des Sciences (TOP) : n’oublions pas l’Est