Merci, monsieur le Président. Il y a maintenant douze ans que vous avez vendu le
patrimoine immobilier du centre-ville de Lyon, le quartier Grolée, à un fonds de pension américain. Nous ne
reviendrons pas sur le cuisant échec de votre gestion de ce dossier qui a permis d’enrichir des retraités
américains au détriment des Lyonnais. Nous ne reviendrons pas non plus sur vos promesses d’alors de faire de
ce lieu le carré d’or du commerce lyonnais alors qu’il n’est devenu qu’un quartier sans commerce. Nous ne
reviendrons pas non plus sur les nombreuses et tristes péripéties des multiples propriétaires ou
commercialisateurs de ce quartier. Nous ne reviendrons pas non plus sur les nombreuses annonces que vous
avez faites depuis douze ans, promettant l’arrivée prochaine de telle ou telle enseigne qui, hélas, ne voyait jamais
le jour. Nous ne reviendrons pas non plus sur votre volonté de déplacer en urgence début mars le carrousel
installé place de la République depuis trente ans alors que les travaux d’aménagement ne sont délibérés
qu’aujourd’hui. Non, monsieur le Président, nous ne reviendrons pas sur tous ces éléments dont nous avons déjà
largement parlé et qui, malgré l’arrivée envisagée du Hard Rock café et de l’enseigne japonaise Uniqlo, signent
l’un de vos plus cuisants échecs.
Alors, vous nous présentez aujourd’hui une délibération pour aménager la place de la République et la rue Carnot
afin de redonner, après douze années, une nouvelle chance à ce quartier. Le contribuable métropolitain est donc
aujourd’hui appelé au secours pour sauver un quartier de la torpeur dans laquelle vous l’avez plongé en tant que
Maire de Lyon. Quel paradoxe ! Mais cet aménagement, même tardif, ne peut que nous réjouir. C’est donc en
suivant la vieille sagesse lyonnaise, qui dit qu’il vaut mieux tard que jamais, que nous voterons cette délibération.
Je vous remercie.

Aménagement du quartier Grolée