Stéphane Guilland

Stéphane GUILLAND
Conseiller municipal Lyon 8e
Conseiller métropolitain

Monsieur le Président, mes chers collègues, mes observations sur ce rapport portant désignation au conseil d’administration de Grand Lyon habitat ne porteront pas sur la récente démission de son Président Olivier Brachet, Philippe Cochet, ayant déjà, au nom de l’ensemble du groupe UMP, divers droite et apparentés, largement remué le couteau dans la plaie manifestement encore vive.

Non, mon intervention sera l’occasion, monsieur le Président, de mettre en évidence une fois encore l’amateurisme dont vous faite preuve dans la mise en place de la Métropole et, peut‑être, une fois n’est pas coutume, avoir de votre part en retour quelques explications.

La mise en place de la Métropole devait être, vous nous l’avez souvent répété, l’occasion d’apporter un peu de cohérence aux politiques déployées sur le territoire, ce devait être l’occasion de faire des économies dites d’échelle regroupant les structures jusqu’à l’heure juxtaposées de la Communauté urbaine et du Département. Ces objectifs d’économie et de cohérence sont d’ailleurs, et ce n’est pas un hasard, systématiquement mis en avant dans les rapports de la Cour des comptes comme de la Chambre régionale des comptes comme piste d’évolution des politiques publiques. A ce titre, un article du Point de cette semaine met en avant l’urgence qu’il y a à réduire du nombre d’OPH afin de parvenir à réaliser des économies de structure et, d’autre part, de permettre aux politiques mises en œuvre de gagner en efficacité. Le regroupement de certains OPH intervenant sur le territoire de la Métropole tombait donc sous le sens aux yeux de tous, y compris de votre majorité puisque la fusion de Grand Lyon habitat et de la partie métropolitaine de l’OPAC du Rhône nous avait été confirmée à échéance 12 à 18 mois lors de la commission finances du mois de janvier dernier.

Notre surprise, mais j’imagine aussi celle de nombreux membres de votre majorité de circonstance, fut donc totale en ouvrant Le Progrès du 14 février où, par la voix de votre Vice-Président en charge du logement, Michel Le Faou, vous annonciez -je cite- “que les 3 OPH ne fusionneront en aucun cas et avaient vocation à coexister et à apporter chacun leur contribution à la politique métropolitaine“. Au-delà de la surprise, ce revirement appelle deux observations.

Il allonge, si besoin, la liste des tâtonnements, revirements, reculades, renoncements, demi-tours, qui jalonnent depuis quelques mois la mise en place de la Métropole d’une manière centralisée et en l’absence totale de concertation.

Il allonge, si besoin, la liste des pistes d’économies enterrées mais il est vrai qu’aux économies vous avez préféré l’augmentation des impôts, les Grand Lyonnais apprécieront.

Je vous remercie.

Amateurisme dans la mise place de la Métropole de Lyon
Taggé sur :