Alice de Malliard est intervenue en conseil de la Métropole du 17 septembre 2018 au sujet du centre de recherche interdisciplinaire.

Monsieur le Président, mes chers collègues,

On nous demande de voter 40 000 € pour le Centre de Recherche Interdisciplinaire dans le cadre de la mise en œuvre de son rapport « un plan pour co-construire une société apprenante » remis à certains ministres du Gouvernement.

Voilà une délibération bien mal engagée. Outre la rédaction très succincte qui ne développe pas vraiment les éléments nécessaires à la compréhension, on ne peut pas dire que les explications de l’exécutif furent des plus convaincantes.

Toutefois, on a bien vu certains éléments qui démontrent l’absence d’opportunité pour ce dossier :

D’abord, on se situe dans le domaine de l’éducation nationale. Et cela nous pose une question de compétence. Le maître d’œuvre dans ce domaine ne peut être que l’État, c’est-à-dire que même si nous intervenons financièrement nous n’aurons pas de capacité de décision.

Il serait peut-être plus judicieux dans une période de réduction des aides de l’État de se concentrer sur nos compétences plutôt que de pallier encore aux carences financières de l’État.

Ensuite on veut innover. C’est un bien joli mot qui peut laisser penser tant de choses, alors nous aurions bien aimé des précisions. Et là c’est peu dire que nous avons été servis en verbiage !

On nous parle de 5 actions et 30 propositions. Le but est d’expérimenter et de diffuser de nouvelles manières d’apprendre, d’enseigner, de faire de la recherche, de mobiliser l’intelligence collective…
Mais on ne peut pas vraiment les décrire car cela reste flou dans l’attente justement de leur étude !

Qui détermine ce qui est innovant, et surtout qui détermine l’innovation qui va dans le sens d’une meilleure pédagogie ?
Qui sera associé, qui sera consulté dans la communauté éducative ? Quel est l’avis du rectorat, des enseignants, des représentants des parents d’élèves… ?

Des questions simples restées sans réponse tant cette délibération est venue de nulle part.

Plus encore, on veut carrément créer la société apprenante ! A la Métropole on sait faire des tours de magie. On glisse 40 000 € dans une lessiveuse publique de l’éducation et il en ressort une société sans tâche !

Quel conventionnement entre ce centre de recherche qui est hébergé par l’université Paris V et nos universités lyonnaises ?
Quels sont les objectifs poursuivis par la Métropole ? Quelles actions territorialisées sur la Métropole ? Comment seront associées les communes qui ont déjà engagé des initiatives locales ?
Rien de cela n’a été pensé.

Notre collègue Hubert GUIMET a parfaitement résumé la situation en commission : 40 000 € c’est à la fois trop peu pour faire une politique d’innovation dans l’éducation et c’est déjà trop pour participer à une partie de poker avec l’État où on paie pour voir.

Ce rapport amène une dépense nouvelle, il n’y a pas de budget global associé, il n’y a pas d’enjeux métropolitains identifiés…

C’est un rapport fondé sur un choix politique fait par le ministère de l’Education que vous vous engagez à accompagner.
Pourquoi pas après tout. Vous êtes une majorité macroniste, vous faites des choix en ce sens. La sincérité et la responsabilité politique seraient simplement d’assumer un choix politique partisan quand on le fait !

Alors vous allez nous répondre comme en commission que 40 000 € c’est pas grand-chose ! Et bien c’est tout le contraire. Quand je pense à l’énergie que nous devons dépenser parfois pour vous faire accepter le co-financement bien moindre de certaines associations qui œuvrent directement et concrètement sur notre territoire pour développer des appuis à l’apprentissage.

Mais à l’inverse, 40 000 € ce n’est rien pour ce centre de recherche qui annonce bénéficier d’un soutien de 100 millions d’euros de la part de la fondation Bettencourt pour la période 2007-2024 ce qui lui permet de ne pas dépendre des subventions de l’université Paris-Descartes.

40 000 €, ils pourront s’en passer, nous voterons contre cette délibération.

Alice de MALLIARD – Centre de recherche interdisciplinaire