Alexandre Vincendet est intervenu en conseil de la Métropole du 17 septembre 2018 au sujet du lancement de la concertation préalable du projet OSTERODE.

Monsieur le Président, mes chers collègues, par-delà nos divergences politiques, nous sommes ici tous des élus locaux et représentons dans cet hémicycle les intérêts de la Métropole du Grand Lyon. Tous nous partageons l’objectif de la hisser à la hauteur de ses homologues européens. Alors, bien entendu, nous avons des options différentes sur de nombreux points et de nombreux dossiers mais notre objectif commun reste la prospérité et la compétitivité de ce territoire.

Le rapport mis aux voix ici propose de créer une véritable porte d’entrée au nord de la Métropole dans ce qui sera

–et nous le savons– un modèle de réhabilitation d’un ancien patrimoine militaire. La Commune de Rillieux la Pape a acquis il y a trois ans cette parcelle de 28 hectares, également située à quelques mètres d’un accès à l’une des autoroutes les plus fréquentées de France et a, depuis lors, travaillé en partenariat avec la Métropole, partenariat qui –je tiens à le dire– ne s’est jamais démenti. Il a commencé avec une visite de votre prédécesseur en 2014, au cours de laquelle les grands principes de ce travail partenarial ont pu être fixés. Il s’est poursuivi avec l’exécutif actuel pour aboutir à cette délibération d’ouverture de la concertation préalable. Je tiens à vous remercier ainsi que vos services pour la grande qualité –je tiens à le dire– dans nos échanges qui aboutissent en partie aujourd’hui.

Une fois n’est pas coutume, la vision que nous portons depuis longtemps qui est de faire du développement économique et de l’emploi en n’étant pas dogmatique sur les partenariats avec le secteur privé a parfaitement été appliquée. Ici, sur Ostérode, ce sont des centaines d’emplois qui seront créés par des entreprises privées. Vous noterez aussi –et j’en suis particulièrement fier– que cette zone d’Ostérode ne sera pas une énième zone commerciale sans âme mais que 80 % de sa surface économique sera consacrée à de l’activité productive et artisanale. À une époque où les Métropoles européennes prennent enfin conscience qu’une Europe sans usines n’a pas de sens, cette transformation est un signe particulièrement encourageant et elle est porteuse d’une vision d’avenir qui va bien au-delà d’un simple aménagement de terrain.

La Métropole de Lyon est riche de son industrie et cette dernière doit trouver les moyens de se développer, doit créer des emplois qualifiés et doit activer des filières de formation afin de disposer d’une main d’œuvre efficace, qui trouve un sens à son travail et ne soit pas condamnée à des petits boulots toute sa vie. C’est ce que notre jeunesse, celle qui habite dans nos quartiers, notamment sur Rillieux la Pape, souhaite : pouvoir trouver un sens à son existence, pouvoir avoir accès à des filières professionnelles dans lesquelles elles puissent s’épanouir et s’intégrer.

Cette étape de concertation est une vraie reconnaissance de ce travail partenarial qui –permettez-moi de le dire, monsieur le Président– est une marque de confiance. Car, oui, quand je lis le début du rapport, je note avec plaisir que la Métropole reconnaît que la modeste Commune de Rillieux la Pape a bien fait de faire l’acquisition de ce terrain en 2015 et de jouer un rôle moteur dans sa transformation.

Ce partenariat, cette confiance, c’est ce qui fait et qui doit faire la marque des Métropoles. La confiance d’une institution vers ses territoires qui la composent est vitale et il ne faut pas que l’exemple d’Ostérode soit un cas isolé.

Notre groupe politique, tout en se félicitant de ce projet qu’il votera bien sûr avec enthousiasme, en profite donc pour vous rappeler que la confiance dans les territoires doit désormais être la norme. L’obsession de la centralisation –nous le savons et nous le voyons tous les jours au plan national– est une grave erreur et il serait dommage de la reproduire à l’échelle du Grand Lyon. Il en va de la représentativité démocratique des territoires et du respect des Métropolitains et bien sûr de leurs élus.

Alexandre VINCENDET – OSTERODE