Monsieur le Président, mes chers collègues,

Quelle joie et quelle immense surprise de constater qu’à un an des élections, la Métropole entrouvre son portefeuille !

Cette attitude particulièrement responsable et sans aucun doute dénuée d’intérêt politicien représente il est vrai tellement le nouveau monde…
Alors oui, évidemment nous voterons cette délibération, ce qui vous permettra bien évidemment de claironner devant la presse à quel point vous parvenez à obtenir l’unanimité sur des dossiers si difficiles.

Toutefois, une question, et pas des moindres, demeure.

Vous nous expliquez qu’il est prévu une concertation pour réformer le mode de calcul de la DSC. Dans le nouveau monde, réformer, c’est un synonyme de « sabrer », précisons-le à ceux qui liraient les documents au premier degré. Et cette concertation, vous vous gardez bien de donner la moindre précision sur ce qu’elle recoupe, sur les acteurs qu’elle implique, sur la façon dont elle sera menée…

Vous le savez, notre groupe, qui représente notamment les territoires populaires de la Métropole, ceux qui sont semble-t-il rétifs au nouveau monde, souhaite que la solidarité financière ne soit pas un vain mot.
Nous ne doutons pas que vous agirez de la sorte en réfrénant tout intérêt partisan lors de cette réflexion, mais permettez-nous de vous demander des garanties.

La première d’entre elle serait d’être consultés et de participer à cette réflexion en amont et non pas lors d’une commission générale où toutes les solutions sont présentées clés en main sans que nous ne puissions même les amender.

La seconde, étant donné que cette DSC concerne les territoires, c’est qu’il y aurait une logique à ce que les Conférences territoriales des Maires aient le dernier mot dans cette concertation, après tout, ce sont des territoires dont il s’agit.

La troisième est que nous aimerions beaucoup que soit notamment réintroduit le débat sur les équipements communaux d’intérêt métropolitain qui, eux aussi, gagneraient à être pris en compte dans le calcul de la nouvelle DSC.

Notre groupe votera donc ce rapport, mais n’est dupe ni de sa teinte électoraliste, ni de cette concertation cousue de fil blanc que vous nous proposez.
Alexandre VINCENDET – Aide de la métropole aux communes