Monsieur le Président, la délibération sur la délégation des aides à la pierre 2015‑2020 que vous nous demandez d’approuver comporte deux volets : un premier sur les objectifs 2016‑2017, un deuxième sur le bilan 2015.

Je m’arrêterai tout d’abord sur le bilan 2015 en ne retenant qu’un chiffre ‑qui a déjà été soulevé d’ailleurs‑, la part de la production de logements conventionnés portée par le secteur centre, 55 % de la production, est largement supérieure aux objectifs initiaux. Ce pourrait paraître anecdotique, ce ne l’est pas quand on sait que, dans ce secteur centre, plus de la moitié des logements sont construits à Villeurbanne et dans les septième, huitième et neuvième arrondissements, donc dans des zones où le taux de logements conventionnés est déjà supérieur, voire parfois très supérieur au taux SRU de 25 %.

Vous nous parlez de rééquilibrer la Métropole et vous renforcez encore la part du logement social dans des secteurs pourvus. Un des axes forts de votre modèle lyonnais est de pouvoir afficher une production de logement social forte, donnant le change à vos partenaires de gauche et affichant un dynamisme de façade. Oui, monsieur le Président, j’ai bien dit “de façade” et je m’en explique : en faisant tomber tous les ans le record de production de logements conventionnés sur la Métropole ‑ce dont on peut a priori se réjouir‑, vous omettez de dire que près de la moitié d’entre eux est construite en zone déjà pourvue. Votre objectif comptable vous a fait oublier la mixité, nous le condamnons fermement.

Mais laissons 2015 et voyons 2016 : je peux annoncer à tous nos collègues que, lors des cérémonies de vœux de 2017, vous ne manquerez pas de dire qu’il y a plus de 4 000 logements produits en 2016, le précédent record est tombé. Monsieur le Président, vous avez définitivement fait le choix de privilégier l’objectif quantitatif au détriment de la juste répartition de l’offre sociale sur le territoire de la Métropole. Nous ne pouvons être d’accord avec vous. La méthode n’est pas la bonne. Quand vous fixez un objectif chiffré, sans au préalable consulter les Communes sur leurs souhaits, leurs possibilités et leurs contraintes, la méthode n’est pas la bonne. Quand vous ne vous assurez pas à priori que les Communes concernées ont les moyens de construire les équipements publics induits par l’arrivée de nouveaux habitants, la méthode n’est pas la bonne. Quand les orientations du futur PLU-H et donc des futures capacités à construire s’inscrivent exactement dans la même démarche, la méthode n’est pas la bonne. Votre méthode n’est pas la bonne, monsieur le Président, vous l’aurez compris.

Pour autant, malgré ces critiques sur la méthode, nous considérons qu’il est essentiel d’aider le développement du logement social et de ne pas priver notre territoire des aides de l’Etat, d’autant plus qu’elles ne cessent de se réduire. Les élus du groupe Les Républicains et apparentés approuveront donc ce dossier, réserve émise sur votre méthode.

Je vous remercie.

 

 

Aides à la pierre : une mauvaise méthode
Taggé sur :