Pacte de cohérence métropolitain

Pacte de cohérence métropolitain

  Monsieur le Président, monsieur le Conseiller délégué, chers collègues, nous voici arrivés au bout d’un long processus d’élaboration d’un document qui se voulait être un acte fondateur de l’organisation de la Métropole de Lyon.   Si nous avons parfois -et avec raison- critiqué vos méthodes expéditives sur les décisions politiques de notre collectivité, pour ce pacte, nous ne pouvons que reconnaître que vous avez laissé la discussion se faire très largement. Permettez-moi d’ailleurs de remercier, au nom du groupe Les Républicains et apparentés, madame Michèle Vullien et monsieur Renaud George qui ont conduit les échanges, tant en commission Métropole que dans les groupes de travail consacrés au pacte. Nous ne sommes pas nécessairement d’accord sur tout au regard du résultat mais chacun a pu faire part de son analyse, de ses orientations politiques et obtenir l’écoute et le respect de ses propositions.   Au bout de cette concertation, chaque

Programmation Pluriannuelle d’Investissement (PPI) 2015–2020

Programmation Pluriannuelle d’Investissement (PPI) 2015–2020

Monsieur le Président, Chers collègues Le vote de la programmation pluriannuelle d’investissement (PPI) pour les années 2015 – 2020 mérite une attention particulière, puisqu’il engage l’orientation des investissements sur le territoire et donc du développement des conditions de vie de nos concitoyens. Sur la présentation de votre PPI, je ferai cinq remarques majeures : La première sur l’absence de vision métropolitaine.Bien sûr le réflexe légitime des élus et particulièrement des maires devant une PPI intercommunale c’est de s’assurer que leurs choix ont bien été pris en compte et que les réalisations seront engagées pendant le mandat.Mais une liste de course, telle que présentée en annexe de la délibération, ne donne pas une vision de la construction de la Métropole. La PPI est un empilement de projets certes utiles et parfois nécessaires mais sans vision globale de développement. Nous conservons une logique intercommunale et non métropolitaine ce qui ne manque pas d’interroger

Logement : Collomb et Kimelfeld veulent réparer leurs erreurs

Logement : Collomb et Kimelfeld veulent réparer leurs erreurs

Alors qu’ils sont aux responsabilités depuis 18 ans, Qu’ils ont imposé la hausse des loyers des logements privés par leur politique d’aménagement urbain, Qu’ils ont négocié toutes les aides gouvernementales au logement pour les répartir sans tenir compte des besoins, Qu’ils ont passé sous silence les disparités territoriales des logements sociaux pour s’acheter des soutiens politiques et conserver leurs postes, Messieurs Collomb et Kimelfeld découvrent avec désolation la conséquence de leurs politiques. Ils s’inquiètent aujourd’hui du caractère excluant de notre agglomération dans laquelle les classes moyennes et populaires n’ont plus la capacité de loger dignement leur famille. Cette situation est malheureusement connue depuis longtemps : le 21 mars 2016, Gilles GASCON, maire de Saint-Priest rappelait au moment où la Métropole faisait le choix d’un plan 3A à la baisse après l’avoir arrêté en juin 2015, qu’il ne fallait pas diminuer l’aide aux familles modestes et renouvelait la demande de notre groupe du

Agnès GARDON-CHEMAIN – Requalification du campus Lyon Ouest Ecully

Agnès GARDON-CHEMAIN – Requalification du campus Lyon Ouest Ecully

Dans cette délibération la Métropole de Lyon manifeste son soutien à l’école Centrale de Lyon, première école d’ingénieur de province. Cette école implantée depuis environ 50 ans sur la commune d’Ecully, a sans cesse su évoluer, se développer, se moderniser. C’est dans cette constante recherche de l’excellence que L’école Centrale de Lyon engage la construction d’un skylab, accompagné à égalité par la Région Auvergne Rhône Alpes et la Métropole de Lyon, à hauteur de 2,5 millions d’euros par collectivité. Ce superbe outil doit bénéficier non seulement aux chercheurs et aux élèves de l’Ecole Centrale mais aussi des autres écoles, ainsi qu’aux entreprises et aux citoyens. C’est une locomotive pour le développement économique. Mais pour que les conditions de développement de ce skylab en particulier, de l’ensemble de l’école Centrale, ses 1650 étudiants, des autres écoles du campus Lyon-ouest Ecully qui elles aussi se développent, à l’image de l’Institut Paul Bocuse