Le Président de la Métropole a informé le conseil métropolitain du retrait des délégations accordées à M. Gilles VESCO, jusqu’alors conseiller délégué aux « Nouvelles mobilités urbaines ».

Les délégations exercées par cet élu ont été confiées à M. Martial PASSI, 12e Vice-Président, en charge des « Déplacements Intermodalités ».

Nous avons donc pris acte que M. Gilles VESCO n’exercera plus aucune délégation mais qu’il restait membre de la commission permanente.

M. Philippe COCHET, Député-Maire de Caluire et Cuire, Président du groupe Les Républicains et Apparentés, a interrogé l’exécutif de la Métropole lors de la Commission Finances, institutions, ressources et organisation territoriale, du 19 octobre, pour savoir si M. Gilles VESCO continuerait à percevoir son indemnité de conseiller délégué soit 2 444,34 € bruts mensuels, sans en exercer les fonctions ou s’il lui serait versé l’indemnité des conseillers métropolitains sans délégation soit 1 311,51 € bruts mensuels.

L’exécutif a confirmé que M. Gilles VESCO continuerait à percevoir l’indemnité de membre de la commission permanente, soit 2 444,34 € bruts bien qu’il n’exerce plus aucune fonction déléguée.

Alors même que l’exécutif demande aux agents de la Métropole, aux associations et aux citoyens de consentir des efforts pour faire face aux baisses des dotations de l’Etat à la collectivité, notre groupe ne peut que s’indigner d’un tel choix.

Nous constatons que le plan « marge de manœuvre » annoncé avec tambours et trompettes pour rechercher des économies de fonctionnement à la Métropole est à géométrie variable : il concernerait tous les domaines de la collectivité à l’exception des élus socialistes !

Nous rappelons aussi notre recours en annulation contre le calcul de l’indemnité de membre de la commission permanente introduit devant le Tribunal administratif de Lyon le 12 mai 2015 (référence 1505479-3) en cours d’instruction devant la 3e Chambre.

A la Métropole de Lyon, la bonne gouvernance n’est toujours pas « En Marche »
Taggé sur :